Ce sont des propos tenus par l'ambassadeur de Belgique au Vietnam, Bruno Angelet à l'occasion de la Fête du roi des Belges, le 15 novembre.

Vous avez déjà vécu et travaillé au Vietnam, quelles sont vos impressions sur notre pays ?

J'ai effectué une première mission au Vietnam de 1994 à 1998. Quand je suis arrivé ici en octobre 1994, je constatais que votre pays avait terriblement souffert de la guerre mais avait réussi à surmonter les pires épreuves. Le Vietnam était devenu un pays très entreprenant et très dynamique. J'étais fort frappé par la détermination de la population et des jeunes d'apprendre les langues étrangères, l'économie, le management. On sentait que le Vietnam avait tout pour réussir un développement très rapide. Aujourd'hui, presque 15 ans plus tard, les changements au Vietnam sont tout simplement extraordinaires !

Quelle est l'importance du Vietnam dans la politique extérieure de la Belgique ? La Belgique a développé des relations très étroites avec le Vietnam depuis des décennies. Notre population ressent une profonde sympathie pour la population vietnamienne. Votre histoire et votre culture sont attachantes, et votre dynamisme nous impressionne. Le Vietnam occupe par ailleurs une position stratégique en Asie du Sud-Est, à quoi s'ajoutent son importance démographique et ses liens particuliers avec l'Europe, de par l'histoire et l'importante communauté vietnamienne en Europe.

Pour la Belgique, pays dynamique également dans le cadre de l'intégration européenne, le renforcement des liens avec l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) est très important. Le Vietnam y occupe une place de premier rang. Le Vietnam a mené une excellente présidence de l'ASEAN en 2010. Le Vietnam réussit également à bien s'intégrer dans l'économie mondiale, même si ce processus est difficile.

À la fois, nous restons engagés au Vietnam pour contribuer davantage à son développement. Nous venons de renouveler un programme de coopération au développement avec le Vietnam pour les quatre prochaines années, en doublant le montant alloué. Enfin, nos universités ont établi une excellente coopération avec les universités vietnamiennes et souhaitent également accueillir davantage de chercheurs et d'étudiants en Belgique.

Quelles sont vos priorités accordées au Vietnam lors de votre mandat ?

Le Vietnam modernise son économie. La culture vietnamienne s'ouvre au monde, la société civile se développe. Le gouvernement modernise son administration, son système politique. Avec le nouveau Plan quinquennal qui vient d'être approuvé par l'Assemblée nationale, le gouvernement attache une priorité aux ressources humaines, la formation et l'éducation ainsi qu'au développement des infrastructures.

Je m'efforcerai, avec toutes les instances en Belgique - régionales et universitaires - à inscrire notre action dans ces priorités. Nous venons d'adopter notre programme de coopération avec le Vietnam pour les quatre prochaines années (2011-2013). Un montant global de 30 millions de dollars sera alloué par an. Notre programme va se concentrer sur différents secteurs comme le renforcement des capacités (ressources humaines, y compris par l'octroi des bourses), la gestion des eaux, la gouvernance (renforcement des capacités institutionnelles). Nous allons également concentrer nos efforts dans trois provinces du Centre : Ninh Thuân, Binh Thuân et Hà Tinh. Nos équipes sont actuellement en train d'identifier des projets avec nos partenaires vietnamiens et l'objectif est de démarrer la mise en œuvre dans le courant de l'année prochaine.

Outre la coopération de gouvernement à gouvernement, y compris de nos entités fédérées, la coopération interuniversitaire occupe également une place centrale. Notre appui dans le domaine de l'éducation devrait davantage se développer dans les prochaines années. Actuellement, nous attribuons déjà entre 70 et 80 bourses par an pour des études de mastère ou de doctorat. Nous comptons près de 1.700 ex-boursiers vietnamiens ayant obtenu un master ou un doctorat en Belgique. Nos hautes écoles de commerce comptent également quelques 1.500 étudiants ayant obtenu des MBA. Avec notre nouveau programme de coopération, l'effort en matière de renforcement de capacités et de développement des ressources humaines ira nettement croissant. La coopération interuniversitaire s'est également développée dans le domaine de la santé et de la médecine, secteur qui fait face à des grands défis pour les années à venir. Par ailleurs, le port d'Anvers, deuxième plus grand port d'Europe, offre également des formations à court-terme dans la gestion portuaire pour les cadres des ports vietnamiens.

Nos universités et nos instituts d'études supérieures sont désireux de renforcer leur coopération avec leurs partenaires vietnamiens. Les programmes de nos universités et instituts sont d'une excellente qualité, au prix abordable. Quasiment tous nos instituts et universités, y compris francophones, ont actuellement développé des programmes en anglais. Ils sont prêts à accueillir davantage d'étudiants et de chercheurs vietnamiens en Belgique, et à développer davantage de programmes au Vietnam. Avec les autorités vietnamiennes, nous devrions examiner comment accroître la notoriété de nos programmes.

J'espère également pouvoir contribuer à développer davantage nos relations économiques. Nous sommes actuellement le 6e partenaire commercial du Vietnam au sein de l'Union européenne, avec un volume d'échange annuel avoisinant les 1,2 milliard de dollars. Nos investissements s'élèvent à quelques 103 millions de dollars, le volume réel se situant probablement aux alentours de 300 à 400 millions de dollars, puisque de nombreux investissements belges sont réalisés par leurs filiales basées à Hong Kong (Chine) ou Singapour. Nos sociétés sont très actives dans le secteur portuaire, le dragage, la gestion des déchets, la gestion des eaux, l'agro-alimentaire.

Je me réjouis de constater le nombre de petites et moyennes entreprises (PME) belges performantes ici au Vietnam, et leur apport en haute technologie. A titre d'exemple : elles fournissent au Vietnam des équipements pour la médecine nucléaire, ont déjà développé plusieurs sites de traitement des eaux et des déchets, tant dans le Nord que dans le Sud. Un consortium de PME va développer avec ses partenaires vietnamiens un microsatellite d'observation au Vietnam. Une PME belge implantée au Vietnam assure la collecte et transformation de près d'un quart de fèves de cacao produites au Vietnam et a établi une procédure de certification au Vietnam. Nos partenaires vietnamiens aiment travailler avec nos PME puisqu'elles apportent un savoir-faire taillé sur mesure et assurent une bonne formation aux gestionnaires vietnamiens d'un projet.

Un autre projet-phare réalisé par la Belgique est le port d'eau profonde de Dinh Vu. L'investisseur belge a développé avec ses partenaires américains, thaïlandais et vietnamiens une capacité portuaire et un zoning industriel sur l'île qui renforce considérablement la capacité du port de Haiphong. Aujourd'hui, la gestion de Dinh Vu est entièrement entre les mains de l'investisseur belge et son partenaire vietnamien.

Enfin, il va de soi que je ferai tout pour renforcer l'image de la Belgique au Vietnam pendant mon séjour. Je constate que le Vietnam s'est ouvert au monde, a diversifié et renforcé ses relations avec de nombreux pays dans le monde. La diplomatie vietnamienne déploie une formidable énergie. La population vietnamienne est désireuse de connaître mieux les pays et les cultures du monde. La visite de SAR le Prince Philippe au Vietnam, prévue pour mars 2012, sera une belle occasion pour mettre en lumière tout ce que nos deux pays entreprennent ensemble, et pour donner une nouvelle impulsion à nos relations.

Au-delà, nous avons tout à gagner à faire mieux connaître la Belgique auprès de nos amis vietnamiens. Nos citoyens ont développé un excellent niveau de vie. Notre pays a réalisé un niveau d'éducation et un système de santé remarquables. Nos sociétés et nos universités disposent d'un formidable savoir-faire.

Je suis bien sûr heureux aussi de voir que le personnage le plus connu de nos bandes-dessinées (BD), Tintin, a trouvé son chemin vers les salles de cinéma du Vietnam depuis la semaine dernière. Tintin est un personnage qui exprime bien toute notre "belgitude", mais il incarne à la fois des valeurs humaines universelles. Rien de surprenant donc de voir qu'il est déjà l'ami de nombreux Vietnamiens, jeunes ou âgés. Les liens particuliers qui nous unissent, tout comme les liens particuliers du Vietnam avec l'ensemble de l'Europe, sont un immense atout pour les deux parties. Je constate que la population vietnamienne a beaucoup de respect pour l'histoire, la culture et le mode de vie du continent européen. À chacun de nous pour y contribuer encore davantage.

Propos recueilli par Huong Giang - Le courrier du Vietnam - 15 novembre 2011