Après 42 jours de répétitions, des artistes français et vietnamiens ont présenté Andromake au public de la capitale. La pièce est interprétée parallèlement en français et en vietnamien, avec sous-titres en vietnamien, grâce à la traduction du poète Duong Tuong. Cette pièce est une co-production entre le Théâtre national du Vietnam, l'Institut français de Hanoi (L'Espace), la compagnie L'oeil du tigre et le théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi. Elle s'inscrit dans le cadre de la coopération culturelle entre les gouvernements vietnamien et français. Une belle opportunité pour les artistes vietnamiens et français d'échanger des expériences et, d'autre part, de présenter au public une œuvre du grand dramaturge Racine.

Andromaque est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine écrite en 1667. Elle comporte 1648 alexandrins.

Fruit d'une déstructuration savante de Jon Fosse, l'Andromaque de Racine est devenue Andromake, texte de rupture où la passion amoureuse défie toutes les incompréhensions.

En voici l'aperçu en quelques lignes : Oreste aime Hermione, mais elle aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime encore le souvenir de son mari, Hector, tué pendant la guerre de Troie. Seule Andromake, détenue en terre ennemie avec son fils, restera intègre grâce au dévouement inébranlable et sacrificiel qu'elle lui porte. L'arrivée d'Oreste à la cour de Pyrrhus marque le déclenchement d'une réaction qui, de maille en maille, va faire exploser la chaîne en la disloquant. La tragédie, c'est bien celle de cet enfant, Astyanax, témoin candide et esclave de cette guerre que se livrent les adultes. L'importance du thème galant est un reste de la pièce précédente de Racine, Alexandre Le Grand.

Racine s'inspire de chants de L'Iliade d'Homère, notamment pour la figure d'Andromaque. Son histoire avait déjà été traitée par Euripide dans ses pièces Andromaque et Les Troyennes, cette dernière ayant été adaptée plus tard par Sénèque, mais Racine cite dans sa première préface L'Énéide de Virgile comme source principale de référence.

Sur le plateau, huit personnages sont joués par quatre artistes français et quatre vietnamiens dans leur langue respective : le français et le vietnamien. L'adaptation du personnage Andromake sur la scène vietnamienne est une réussite du metteur en scène Jean-Marie Lejude. La participation de quatre comédiens vietnamiens du Théâtre national du Vietnam donne à la pièce une nouvelle couleur, un mélange entre deux styles sur un même plateau.

"L'Andromaque est une tragédie classique. Je veux la renouveler en associant sur la scène des artistes vietnamiens et étrangers pour présenter au public vietnamien cette année et en 2013, au public français en France", souligne Jean-Marie Lejude, metteur en scène.

Le spectacle créé au Vietnam sera ensuite présenté en France début 2013, dans le cadre de la célébration du 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques Vietnam-France.

Fondé en 1962, le Théâtre national du Vietnam était à l'époque une petite compagnie de théâtre parlé relevant de l'ensemble du Théâtre central. Après 60 ans d'expérimentations et de traditions, il est aujourd'hui le fer de lance du théâtre parlé national.

La mise en scène de pièces de théâtre étrangères enrichit son répertoire et accélère sa vitesse d'intégration à la scène internationale, comme en témoignent de nombreuses collaborations avec l'Allemagne : La visite de la vielle dame de Friedrich Dürrenmatt ; la France : La dame de chez Maxim de Faydeau ; les États-Unis : Le songe d'une nuit d'été de Shakespeare, La Ménagerie de verre de Tennessee Williams.

Par Huong Giang - Le courrier du Vietnam - 16 décembre 2à11