L'incident constitue l'énième avatar des tensions entre les deux pays communistes, alliés idéologiques mais frères ennemis, en particulier sur les questions de territorialité.

L'arrestation des marins vietnamiens le 3 mars près de l'archipel disputé des Paracels a gravement violé la souveraineté du Vietnam, a affirmé le porte-parole des Affaires étrangères vietnamiennes, Luong Thanh Nghi, en précisant qu'une note avait été adressée à l'ambassade de Chine à Hanoï.

Le Vietnam demande à la Chine de libérer immédiatement et sans condition les pêcheurs et leurs bateaux, et de ne plus arrêter ou entraver les pêcheurs opérant dans les eaux vietnamiennes, a-t-il ajouté dans un communiqué publié tard mercredi.

Selon une responsable de la province vietnamienne de Quang Ngai (centre), dont sont originaires les pêcheurs, les autorités chinoises ont demandé 70.000 yuans (11.000 dollars) pour leur libération.

Mais Pékin a repoussé jeudi la demande de son voisin.

La Chine assume une souveraineté indiscutable sur les îles Xisha, nom chinois des Paracels, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei, affirmant à son tour que les bateaux vietnamiens avaient violé l'espace chinois.

Les arrestations des pêcheurs constituaient des actes valides d'application de la loi, a-t-il ajouté, en invitant Hanoï à gérer et éduquer ses pêcheurs et à mettre un terme au braconnage dans les eaux chinoises.

Outre les Paracels, occupées et contrôlées par la Chine depuis 1974, les deux pays se disputent l'archipel des Spratleys. Les deux chapelets d'îles sont supposés riches en hydrocarbures et avaient fait l'objet en 2011 d'un vif regain de tensions bilatérales.

Fin février, Hanoï avait accusé la Chine d'avoir empêché des pêcheurs vietnamiens de s'approcher des Paracels pour se protéger de vents violents. La semaine dernière, elle lui a reproché d'avoir autorisé une compagnie pétrolière chinoise à lancer une offre d'exploration pétrolière près des Paracels.

Agence France Presse - 22 mars 2012


Le Vietnam demande à la Chine de remettre en liberté 21 pêcheurs

L'archipel de Hoang Sa (Paracels) relève de la souveraineté du Vietnam. Le fait que la Chine a arrêté et empêché des pêcheurs vietnamiens pratiquant légalement leur métier au large de l'archipel de Hoang Sa a gravement violé la souveraineté et les droits de souveraineté et de juridiction du Vietnam.

C'est ce qu'a affirmé mercredi, à Hanoi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (A.E), Luong Thanh Nghi, en répondant à des questions de correspondants sur la réaction du Vietnam après l'arrestation et la détention de 21 pêcheurs, à bord de deux bateaux de pêche vietnamiens immatriculés QNg66101TS et QNg66074TS.

Le Vietnam proteste vigoureusement contre cet acte de la Chine et lui demande de libérer immédiatement et sans conditions les pêcheurs ainsi que leurs bateaux, et de mettre fin à ce genre d'action à l'encontre de pêcheurs vietnamiens travaillant légalement dans les zones maritimes du Vietnam'', a souligné Luong Thanh Nghi.

Le représentant du ministère vietnamien des AE est venu à l'ambassade de Chine pour lui remettre une note affirmant clairement la position du Vietnam qui continue d'oeuvrer pour résoudre l'affaire et garantir les intérêts légitimes des pêcheurs vietnamiens.

Mercredi matin, le président du Comité populaire du district insulaire de Ly Son (province de Quang Ngai), Tran Ngoc Nguyen, a fait savoir que les deux bateaux des pêcheurs de Ly Son avaient été arraisonnés le 3 mars par la partie chinoise alors qu'ils exploitaient légalement dans la zone maritime relevant de l'archipel de Hoang Sa.

Agence Vietnamienne d'Information - 21 mars 2012