En effet, depuis le 20 avril, le litre d'essence passe à 23.800 dôngs. Cela pousse déjà les parents à décider d’acheter un vélo pour leurs enfants afin de réduire les dépenses, mais aussi les adultes eux-mêmes, avec pour conséquence un net envol des ventes.

"Ces derniers mois, les ventes ont décollé avec l'augmentation du prix de l'essence" confirme un vendeur d'un magasin de vélo de l’arrondissement de Dông Da à Hanoi. Selon lui, il s’agit en moyenne de 20 à 30 vélos, mais en période de pointe, un supermarché peut en vendre plus de 200 par jour... La plupart des clients achètent des vélos à la mode, ou de sport, à des prix allant de 1,5 à 2 millions de dôngs.

Un autre vendeur du magasin Thanh Tùng-Khanh Hiêp dans la rue Bà Triêu, spécialisée dans les vélos sur un tronçon, les ventes sont bien meilleures par rapport à la même période de l'année précédente : quotidiennement, c’est une dizaine d’unité qui part à des prix de 2,5 à 2,8 millions de dôngs.

Les étrangers aussi s’y mettent, au-delà des irréductibles de la petite reine... Anna, une Allemande de 18 ans, a acheté un vélo car "au Vietnam, se déplacer en vélo dans les rues est plus aisé" a-t-elle expliqué. Le choix est vaste d’ailleurs, on trouve sur le marché des modèles vietnamiens comme étrangers.

Il semble bien que le vélo réussit à faire valoir ses qualités : économique, respectant l'environnement, aucune obligation de permis de conduire ni de port du casque...

Par Mai Huong - Le courrier du Vietnam - 27 avril 2012