Quelle ne fut pas la surprise de Nguyên Thi Phung lorsqu’elle a découvert dans une chemise et un pantalon achetés au marché de Hanh Lam, dans la province de Phu Yen du centre du Vietnam, des centaines de petites créatures ressemblant à des sangsues, écrit Tuoi Tre le 20 janvier. Les petites bêtes ont éclos de petits œufs collés aux vêtements lorsqu’elle les a plongés dans l’eau pour les laver, et ont rapidement grossi. Elle avait acheté les vêtements, fabriqués en Chine et probablement d’occasion, pour un total de 115,000 dôngs (5,5 dollars). Les créatures mesuraient de 1 à 1,5 centimètre de long, et certaines étaient plus grosses que des têtes de baguettes.

Phung et sa famille ont essayé de les tuer avec du pétrole, du sel et même de l’insecticide, mais rien n’y a fait, les bêtes sont restées en vie. Ils ont donc fini par les enterrer. Des tests conduits par l’Institut de Malariologie, de Parasitologie et d’Entomologie de Qui Nhon n’ont pas réussi à les identifier. Le Ngoc Linh, son directeur-adjoint, a déclaré qu’il n’avait jamais vu de telles créatures auparavant, et qu’elles n’appartenaient pas aux familles d’insectes et parasites connues. Des échantillons ont été envoyés à l’Institut d’écologie et de ressources biologiques de Hanoï.

Pour Lê Dinh Dung, de la faculté d’entomologie du Centre de santé préventive de Hô Chi Minh-ville, il pourrait s’agir d’une mutation génétique ou d’une nouvelle espèce d’insecte. « Bien que j’aie des années d’expérience dans l’étude des insectes, je n’ai jamais vu cela », a-t-il indiqué, rejetant l’hypothèse que ce soit une sorte de ver, ou une puce de chien ou de chat.

Par Arnaud Roux - Asie Info - 22 janvier 2013