guyen Phu Trong effectue en ce moment une visite d’Etat en Italie, dans le cadre d’une tournée en Europe, notamment

C’est la première visite d’un leader du Parti Communiste Vietnamien en Europe de l’Ouest depuis de nombreuses années, note la Radio, qui estime que son audience « exceptionnelle » au Vatican est « un fait positif qui prouve le dialogue progresse entre Hanoi et le Saint-Siège ».

Le Saint-Siège n’entretient pas de relations diplomatiques avec le Vietnam, mais il est représenté auprès des autorités de Hanoi par un envoyé spécial non-résident.

Sur place, rapporte la même source, la situation des chrétiens reste difficile. Récemment, un procès contre 14 jeunes catholiques et protestants militants de Vinh et Thanh Hoa a créé de nombreux remous dans le pays.

En novembre dernier, une délégation gouvernementale vietnamienne a rencontré Mgr Savio Hon Tai-fai secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples au Vatican. Ils avaient échangé notamment sur les relations entre Eglise et Etat.

Zenit.org - 21 janvier 2013


Vatican Vietnam: "Résoudre rapidement les problèmes en suspens"

Benoît XVI a reçu en audience privée, mardi en fin de matinée, le secrétaire général du Parti communiste vietnamien, Nguyen Phu Trong, accompagné d’une délégation de dix membres du PCV, dont le vice-premier ministre Nguyen Xuan Phuc. La délégation est entrée par la place Saint-Pierre et l'Arc des cloches, un privilège réservé aux chefs d'Etat et de gouvernement. Après la rencontre avec le Pape, ils ont ensuite été reçu par le Cardinal Secrétaire d’Etat, Tarcisio Bertone.

Trouver rapidement des solutions à des situations toujours non réglées

Dans un communiqué du Vatican on souligne qu' "au cours des entretiens (qui ont duré une demie heure) ont été abordés des thèmes qui intéressent tant le Vietnam que le Saint-Siège, avec le souhait que rapidement certaines situations toujours non réglées puissent être résolues et que puisse se renforcer la collaboration fructueuse qui existe déjà".

"Le dialogue s'est déroulé dans un climat très serein et constructif", a commenté ensuite le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, en indiquant qu'il n'y a pas eu de décisions spécifiques concernant l'établissement de relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs résidents, qui consacrerait le plein établissement des relations entre le Saint-Siège et Hanoï: "Il n'y a pas eu d'engagements précis pris" en ce domaine.

La visite de Nguyen Phu Trong, qui dirige le Parti communiste vietnamien depuis janvier 2011, intervient dans le cadre d’une tournée en Europe. Elle s’achèvera à Londres le 24 janvier. Lundi, Nguyen Phu Trong a rencontré les autorités italiennes, et notamment le Président Giorgio Napolitano.

C’est la première visite d’un leader du Parti Communiste Vietnamien en Europe de l’Ouest depuis de nombreuses années. Son audience au Vatican est exceptionnelle, un fait positif qui prouve le dialogue progresse entre Hanoi et le Saint-Siège.

Progression des rapports diplomatiques

En novembre dernier, une délégation interministérielle vietnamienne en charge des affaires religieuses était venue en visite au Vatican. Ses membres avaient salué le pape à la fin de l’audience générale du mercredi. Ils s’étaient notamment rendus auprès des responsables de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.

L'Église catholique vietnamienne compte quelque 8 millions de fidèles, mais le régime continue de contrôler l'ordination des évêques et de limiter le nombre de prêtres. Début janvier treize militants vietnamiens, catholiques, blogueurs et étudiants, accusés de tentative de renversement du régime communiste, avaient été condamnés à des peines de prison. A la différence de la Chine, un groupe de travail conjoint efficace existe entre le Saint-Siège et le Vietnam. Le père Lombardi a annoncé qu'il devrait être convoqué à nouveau.

Les rapports diplomatiques entre le Saint-Siège et le Vietnam ont nettement progressé ces deux dernières années. En janvier 2011, un représentant non-résident du Vatican auprès du gouvernement de Hanoi a été nommé, en la personne de Mgr Leopoldo Girelli. En février 2012, une rencontre bilatérale a eu lieu dans la capitale vietnamienne.

Après la Chine, le Vietnam est pour le Saint-Siège une priorité de la Nouvelle évangélisation en Asie.

Radio Vatican avec APIC et AFP - 22 janvier 2013


Vietnam : l'archevêché de Saigon s'oppose à un arrêté

Alors que Benoît XVI vient de rencontrer le secrétaire général du parti communiste vietnamien, l’agence « Eglises d’Asie » (EDA), des Missions étrangères de Paris, fait état de la promulgation d’un nouveau texte législatif qui pose problème à l’Eglise catholique.

L’archevêché de Saigon s’oppose en effet à un nouvel arrêté sur les activités religieuses, promulgué le 8 novembre 2012 et mis en vigueur le 1er janvier 2013. Ce document, explique EDA, est censé orienter l’application de la célèbre Ordonnance sur la croyance et la religion de 2004.

L’arrêté, qui comporte cinq chapitres et 46 articles, traite notamment de la liberté d’adhérer ou de ne pas adhérer à une religion, assortie « d’une impressionnante avalanche d’interdictions ».

Les points les plus importants, note EDA, sont contenus dans le chapitre III qui traite des organisations religieuses et dans le chapitre IV consacré aux activités religieuses : ces deux chapitres énumèrent les innombrables « enregistrements » que doivent effectuer auprès des autorités, les organisations religieuses et leurs responsables non seulement pour se faire reconnaître comme tels par l’Etat, mais aussi pour lui faire connaître la moindre des activités auxquelles ils se livrent.

Après une première lecture de ce texte, certains observateurs ont conclu que le gouvernement s’apprête à resserrer fortement son emprise et son contrôle sur les religions. Certains autres ont affirmé qu’il s’agit d’un pas en arrière dans la politique de liberté religieuse.

Au mois de mai 2011, dans une lettre adressée aux autorités, l’archevêque de Saigon, au nom des évêques de la province ecclésiastique, avait reproché au nouvel arrêté de faire preuve de discrimination à l’égard des responsables religieux en les dépouillant des droits accordés aux simples citoyens et, même, aux étrangers.

En de nombreux domaines où ces derniers agissent en toute liberté, les responsables religieux doivent obtenir une autorisation de l’Etat. Pour remédier à cette situation, les évêques proposaient que la loi reconnaisse aux communautés religieuses et à leurs représentants le statut de personnalité juridique.

Pour présenter le nouveau document, le bureau gouvernemental des Affaires religieuses a invité des représentants de l’archidiocèse de Saigon à participer à une manifestation organisée à Saigon le 24 décembre 2012. En réponse, le cardinal archevêque, Mgr Pham Minh Mân, a annoncé qu’aucun représentant de son diocèse ne serait présent à la réunion envisagée, arguant qu’il avait déjà fait connaître sa position et qu’à la veille de Noël, le personnel de l’archidiocèse est trop occupé par son ministère pastoral pour participer à de telles réunions.

Pour le moment, précise EDA, il n’existe pas de réaction officielle de la Conférence épiscopale. Seules ont été rendues publiques l’analyse critique des évêques de la province ecclésiastique de Saigon, et la lettre par laquelle l’archevêque de Saigon signifie son refus de participer à la manifestation officielle organisée à l’occasion de la publication de l’arrêté.

Zenit.org - 22 janvier 2013