Le contrat a été signé par le groupe étatique PetroVietnam - détenteur du monopole du secteur dans le pays - et des partenaires japonais et koweïtiens, qui construiront la raffinerie de Nghi Son, dans la province de Thanh Hoa, à 200 km au sud de Hanoï.

C'est un projet énergétique stratégique très important pour le développement économique et social du pays, a déclaré le Premier ministre Nguyen Tan Dung lors d'une cérémonie, selon un communiqué du gouvernement mis en ligne.

Cette nouvelle raffinerie, d'une capacité annuelle de 10 millions de tonnes de brut, et un complexe pétrochimique devraient être opérationnels en 2017.

Le projet a plusieurs années de retard.

La société commune est détenue à 25,1% par PetroVietnam, à 35,1% chacun par Kuwait Petroleum International (KPI) et le japonais Idemitsu Kosan Co et à 4,7% par le japonais Mitsui Chemicals Inc.

Le Vietnam opère actuellement sa première raffinerie, Dung Quat, dans le centre du pays, dotée d'une capacité annuelle de 6,5 millions de tonnes.

Les raffineries de Nghi Son et Dung Quat pourraient satisfaire 65% de la demande pétrolière et gazière du Vietnam, selon PetroVietnam, qui a en projet une troisième raffinerie, dans la province de Ba Ria-Vung Tau (sud).

Le Vietnam a enregistré une croissance économique de 5% en 2012 et sa demande énergétique ne cesse d'augmenter. Le pays communiste verse chaque année des milliards de dollars pour importer du pétrole raffiné.

Agence France Presse - 27 janvier 2013