Les députés exigent également que Hanoï mettent fin à la persécution d’organisations religieuses comme l’Eglise bouddhiste unifiée du Vietnam ou l’Eglise catholique.

Cette Résolution, adoptée en urgence, a été appuyée par une majorité des groupes politiques : le Parti populaire européen (démocrates-chrétiens), l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D), l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), les Verts/Alliance libre européenne, le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) et le groupe Europe libertés démocratie (droite populiste).

L’impact sur la diplomatie vietnamienne

L’Union européenne et le Vietnam ont signé le 27 juin 2012 un Accord de partenariat et de coopération qui inclut une clause droits de l’homme, c’est-à-dire qui permet aux parties de « s’ingérer » dans les affaires intérieures de leur partenaire, si celui-ci viole les principes essentiels des droits humains et de la démocratie. Les parlementaires ont demandé que l’Union soit cohérente et utilise les mécanismes prévus par cet Accord pour sérieusement défendre les droits de l’homme et en particulier la liberté d’expression au Vietnam.

La Résolution, très claire dans la description des atteintes aux libertés commises par Hanoï, n’implique pas, toutefois, « d’option nucléaire », comme l’imposition de sanctions, mais elle constitue un message important adressé aux autorités vietnamiennes, qui avaient réussi jusqu’ici à largement échapper au regard critique de Bruxelles. Cette Résolution devrait influencer la négociation d’un accord de libre échange entre l’Union européenne et le Vietnam.

Elle ne passera pas inaperçue non plus à Genève au sein des Nations unies. En 2009, à l’issue de l’Examen périodique universelle au Conseil des droits de l’Homme, Hanoï avait accepté de mettre en oeuvre une série de recommandations sur la liberté d’expression. Mais cet engagement n’a pas été tenu. Or, le Vietnam ambitionne de devenir membre en 2014 du Conseil des droits de l’homme. Cet avis du Parlement européen pourrait peser dans les négociations et manœuvres diplomatiques onusiennes.

Par Jean-Paul Marthoz - Le Soir - 18 avril 2013


Droits de l'Homme : la résolution du PE sur la situation au Vietnam est erronée

La Résolution du 18 avril 2013 du Parlement européen (PE) sur la situation des droits de l'Homme au Vietnam donne des informations et observations totalement erronées sur la situation réelle au Vietnam.

C'est ce qu'a souligné le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères, Luong Thanh Nghi, en réponse à une question de correspondants sur la réaction du Vietnam devant cette résolution.

Celle-ci va à l'encontre de la tendance aux dialogues francs et ouverts en matière de droits de l'Homme qui sont constamment menés entre le Vietnam et l'Union européenne, et a des effets négatifs sur le développement des relations qui sont de plus en plus bonnes entre les deux parties, a ajouté M. Luong Thanh Nghi.

Agence Vietnamienne d'Information - 19 avril 2013