La Cour suprême estime prouvée la corrélation épidémiologique entre cet herbicide et les maladies de peau développées par ces anciens militaires qui ont combattu aux côtés des Américains contre le Vietcong. Elle a ordonné à Monsanto et Dow Chemicals, productrices de l'"agent orange", de leur verser au total 466 millions de wons (environ 315 000 euros), des réparations qu'ils ne recevront sans doute jamais.

Trois millions de vietnamiens exposés

Dow Chemicals, cité par l'agence de presse Yonhap, a fait savoir qu'elle contestait les conclusions de la justice sud-coréenne et invoqué des décisions précédentes aux Etats-Unis. La Cour suprême sud-coréenne a, en revanche, infirmé une décision d'appel faisant droit aux demandes de milliers de vétérans supplémentaires.

Un total de 16 000 vétérans avaient saisi la justice individuellement en 1999 contre les firmes américaines, réclamant l'équivalent de 3,4 milliards d'euros de dommages financiers. La Corée du Sud a mobilisé 300 000 hommes auprès des Américains pendant la guerre du Vietnam. Hanoï affirme que jusqu'à trois millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine contenue dans l'agent orange, et qu'un million d'entre eux souffrent de graves problèmes de santé, parmi lesquels 150 000 enfants sont nés avec des déformations.

Le Monde avec Agence France Presse - 12 juillet 2013