Face aux risques potentiels engendrés par le commerce illégal de la marijuana, le gouvernement tchèque souhaite signer un accord international avec son homologue vietnamien afin que les narcotrafiquants purgent leur peine dans leur pays natal.

Selon un rapport récent de l’institut national antidrogue, la police tchèque a saisi un nombre record de plus de 563 kg de marijuana et de 32 kg de métamphétamines pour l’année 2012. En l’espace de dix ans, le nombre de salles de culture de feuilles de chanvre, découvertes par les policiers tchèques, est passé de trois à presque deux cents par an. D’après l’Etat tchèque, ce sont les narcotrafiquants d’origine vietnamienne qui auraient accaparé le marché du chanvre récréatif dans le pays. Ils cultiveraient l’équivalent de sept tonnes de marijuana par an. Une grande partie est destinée au marché intérieur, mais les Vietnamiens jouent aussi un rôle prépondérant dans le commerce transfrontalier avec l’Autriche et l’Allemagne. Et leurs plantations sont de plus de plus destinées à des pays comme la Hongrie, les Etats nordiques ou même la Grande-Bretagne.

Une situation que constate avec regret Do Xuan Dong, l’ambassadeur du Vietnam en République tchèque :

« La plupart des Vietnamiens qui vivent en République tchèque sont honnêtes. Mais il en y quelques-uns qui n’aiment pas travailler et veulent s’enrichir rapidement. De ce fait, ils vendent de la drogue, mais nous voulons changer cela. »

Jakub Frydrych, le directeur de la Centrale nationale antidrogue, indique que les producteurs vietnamiens proposent de nouveaux produits, ajoutant de nouvelles substances à la structure moléculaire des drogues préexistantes qui représentent des risques toxicologiques croissants pour les consommateurs.

Pour contrer ce phénomène, le gouvernement tchèque souhaite signer un accord avec les autorités vietnamiennes afin de permettre l’extradition des narcotrafiquants vers leur pays d’origine. Štěpánka Čechová, la porte-parole du ministère de la justice tchèque explique :

« Le ministère des affaires étrangères est en train de négocier un traité international avec le Vietnam sur le transfert des personnes condamnées. Il s’agirait de leur donner la possibilité de purger leur peine d’emprisonnement dans le pays dont ils sont les citoyens, notamment en raison du contexte culturel et social différent au Vietnam et en République tchèque. »

Une étude vient récemment d’être publiée par l’Institut tchèque de la santé mentale et souligne que certains types de marijuana cultivés en intérieur entraînent plus souvent des troubles mentaux que la consommation de cannabis naturel. Avec la consommation de chanvre récréatif, le risque de schizophrénie est deux à trois fois plus élevé.

La marche vers la légalisation de la marijuana est donc encore longue, même si 50% des jeunes Tchèques affirment avoir déjà consommé cette substance dans un pays où la possession de haschisch est tolérée jusqu'à 15 grammes tandis que l'usage thérapeutique du chanvre vient d'être légalisé en avril dernier.

Par Julien Morice - Radio Prague - 16 juillet 2013