La libération de Nguyen Phuong Uyen, 21 ans, de l’université de technologie agro-alimentaire d’Ho Chi Minh-Ville, était inattendue, les autorités rejetant systématiquement les appels des dissidents, souvent condamnés à de longues peines de prison. Elle avait été condamnée en mai à six ans de prison, un verdict largement critiqué au Vietnam et à l’étranger.

Sa condamnation a été commuée en une peine de trois ans de prison avec sursis.

«C’est incroyable qu’elle soit en liberté», s’est réjoui Phil Robertson, de l’ONG Human Rights Watch en Asie. «Peut-être que le gouvernement vietnamien a finalement reçu le message.» (du président Barack) Obama et d’autres lui demandant d’améliorer son bilan en matière de droits de l’Homme

Le Soir - 16 Août 2013