Le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a enchaîné les entretiens dès sa sortie d'avion. En rencontrant cinq ministres, dont le Premier ministre Nguyen Tan Dung, M. Schneider-Ammann a voulu savoir pourquoi les négociations qui ont démarré en juillet 2012 stagnent, a-t-il expliqué devant la presse locale.

Les négociations achoppent notamment sur les différences structurelles entre les deux parties. Le problème est d'ordre technique, il faut trouver une base commune de discussion pour avancer, ce qui n'est pas le cas pour le moment. Les Vietnamiens mettent aussi en avant leur intérêt à établir d'abord un accord avec l'Union européenne et les Etats-Unis.

Mais au terme de sa journée marathon, M. Schneider-Ammann s'est déclaré optimiste, estimant avoir avancé d'un pas en rencontrant personnellement les membres du gouvernement.

Les discussions sont plus difficiles que celles qui ont abouti sur la signature d'un accord avec la Chine cet été. Mais les difficultés ne viennent pas que du côté du Vietnam. Avec Pékin, la Suisse jouait seule. Avec Hanoï, les quatre partenaires de l'AELE (Islande, Norvège et Liechtenstein, en plus de la Suisse) doivent trouver un terrain d'entente entre eux.

Pour expliquer au gouvernement vietnamien les avantages d'un accord pour le Vietnam, Johann Schneider-Ammann s'est entouré d'une forte délégation économique. Les entreprises suisses pourront investir davantage. Le potentiel du Vietnam avec l'ouverture de ses marchés est considérable, a relevé le conseiller fédéral.

Le volume annuel des échanges de marchandises avec le Vietnam a quadruplé depuis l'an 2000 pour atteindre 913 millions de francs l'an dernier. L'objectif est de poursuivre sur cette lancée.

Vendredi, M. Schneider-Ammann se rendra à Ho-Chi-Minh-Ville, l'ancienne Saigon qui est aussi la capitale économique du pays. Il découvrira notamment un des projets de développement du Secrétariat d'Etat à l'économie dans la région. Le Vietnam fait partie des pays prioritaires du SECO en matière de coopération.

Agence Télégraphique Suisse - 24 octobre 2013


Johann Schneider-Amman ira en Asie

Le ministre de l'économie, Johann Schneider-Amman, effectue dès jeudi une mission de cinq jours au Vietnam et en Indonésie. Il sera accompagné de représentants de l'économie helvétique.

Le but de son voyage est de soigner les échanges économiques et industriels avec ces pays émergents de l'Asie du Sud-Est au fort potentiel de croissance.

Lors de cette visite de cinq jours, le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DFER) rencontrera plusieurs ministres et hauts représentants. Ces deux Etats font partie des huit pays prioritaires de la coopération au développement du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Ces centres économiques régionaux (Vietnam, Indonésie, Egypte, Tunisie, Ghana, Afrique du Sud, Colombie et Pérou) ont une économie avancée, mais sont confrontés à des problèmes de pauvreté et de développement, explique le SECO. Tant au Vietnam qu'en Indonésie, la délégation visiter des projets financés par la Suisse.

Johann Schneider-Ammann arrivera jeudi à Hanoï, capitale du Vietnam et de ses 89 millions d'habitants. Il se rendra le lendemain à Hô-Chi-Minh-Ville, l'ancienne Saïgon, plus grande ville du pays. Doté d'un régime communiste, le Vietnam s'ouvre progressivement aux principes de l'économie de marché.

Fort potentiel

Sa croissance économique a atteint 5% l'année passée. Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à 5,2% en 2013 et l'année prochaine.

Les échanges commerciaux entre la Suisse et le Vietnam vont en s'accélérant. L'an dernier, les exportations suisses ont totalisé 322,4 millions de francs, en hausse de 25% sur un an. Le volume annuel des échanges de marchandises a quadruplé depuis 2000 pour s'établir à 913 millions de francs à fin 2012.

Plus grande économie régionale

Johann Schneider-Ammann rejoindra samedi l'Indonésie, plus grande économie de la région avec ses 251 millions d'habitants. L'an dernier, la croissance économique y était de 6%. Le FMI table sur 6,3% en 2013 et 6,5% l'année prochaine.

Les exportations suisses vers l'Indonésie représentaient un montant de 431,4 millions de francs en 2012. Depuis 2000, les échanges entre les deux pays ont bondi de 65% à 698 millions de francs à la fin de l'année dernière. Au total, une septantaine d'entreprises suisses est présente dans le pays.

Outre des rencontres officielles à Jakarta, M. Schneider-Ammann se rendra également dans la province indonésienne pour visiter les sites de grands groupes helvétiques. Le conseiller fédéral a aussi prévu une rencontre avec le secrétaire général de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Le siège de l'organisation, dont le Vietnam et l'Indonésie font partie, se trouve dans la capitale indonésienne.

Vers des accords

La visite de Johann Schneider-Ammann en Asie du Sud-Est permettra aussi de faire le point sur les accords de libre-échange dans la région. Les négociations avec le Vietnam et l'Indonésie ont lieu dans le cadre de l'AELE (Association européenne de libre-échange: Suisse, Norvège, Islande, Liechtenstein). Celles avec le Vietnam ont démarré l'an dernier et celles avec l'Indonésie en 2005.

La dernière visite d'un conseiller fédéral au Vietnam date de 2008. Pascal Couchepin, président de la Confédération, avait rencontré son homologue. Il y a deux ans, célébrant les 40 ans de relations diplomatiques entre les deux pays, M. Schneider-Ammann avait rencontré le vice-premier ministre Hoang Trung Hai à Berne. Des rencontres ministérielles ont aussi eu lieu lors du WEF à Davos.

Doris Leuthard, alors ministre de l'économie, est la dernière conseillère fédérale à s'être rendue en Indonésie en juillet 2010. M. Schneider-Ammann a pour sa part rencontré plusieurs fois le ministre indonésien du commerce en marge du Forum économique mondial (WEF) ou de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève.

Agence Télégraphique Suisse - 22 octobre 2013