Lundi 24 février, le président américain Barack Obama a officiellement approuvé l’accord sur le nucléaire civil passé entre les deux pays au mois d’octobre dernier :

« Je suis parvenu à la conclusion que la mise en œuvre de l’accord soutiendra la défense et la sécurité mutuelles, et ne leur fera pas courir de risque ».

Quelques jours plus tard, c’est au tour de L’Afrique du Sud (seul pays africain qui possède à ce jour un réacteur nucléaire) de conclure un accord de coopération avec le Vietnam. Ces deux pays connaissent une forte croissance économique et partagent le besoin commun de développer de nouvelles sources d’énergie pour faire face à une forte hausse de la demande en électricité.

Si rien n’a encore été signé, le Vietnam a également émis le souhait de collaborer avec la France.

Avant la signature des accords avec les Etats-Unis et l’Afrique du Sud, le Vietnam collaborait déjà directement avec deux pays dans le nucléaire civil : la Russie qui doit construire les réacteurs 1 et 2 de la centrale de Ninh-Than (mais le début du chantier initialement prévu pour 2014 pourrait être reporté à 2020) et la Japon qui doit ensuite livrer deux tranches supplémentaires sur le même site.

Le Vietnam pourrait construire treize réacteurs nucléaires d’ici à 2030. Il s’agit du second marché le plus important d’Asie orientale, après la Chine.

Par Jacques Mirat - lenergeek.com - 10 mars 2014