Le froid extrême et la sécheresse a provoqué une baisse de la production totale de café de 8% entre la récolte 2013-2014, à 1,37 million de tonnes, et celle de l'année précédente, a précisé à l'AFP Do Ha Nam, vice-président de l'Association vietnamienne Café-Cacao (Vicofa).

Selon lui, le froid extrême dans le nord du pays a affecté la production des grains d'arabica, de meilleure qualité. "Le froid a frappé durement ces derniers mois la production de café dans la province de Son La dans le nord-ouest, où 1.300 hectares de café (arabica), soit plus de 10% de la production totale, ont été endommagées", a précisé le responsable.

Dans les Haut-Plateaux du centre du pays, principale région productrice de robusta, avait également été gravement touchée par la sécheresse l'an passé. "La sécheresse a particulièrement frappé la production de café au premier trimestre de 2013, avec plus de 34.000 hectares affectés dans les Hauts-Plateaux", a ajouté Nam. En 2012, le Vietnam avait exporté 1,73 million de tonnes de café pour environ 3,67 milliards de dollars, soit plus de 50% de robusta du monde, utilisé dans le café instantané ou d'autres mélanges.

Le pays est le deuxième producteur mondial de café, mais reste plutôt considéré comme un fournisseur de quantité plus que de qualité : son amer robusta peine à convaincre les amateurs d'expresso de par le monde, et s'exporte surtout sous la forme de grains bruts. Les prix du café ont poursuivi leur envolée cette semaine, montant mercredi à leur plus haut niveau depuis près d'un an et demi à Londres (à 2.218 dollars la tonne) et depuis plus de deux ans à New York (à 209,75 cents la livre).

Une sécheresse affecte depuis le début de l'année les zones de cultures caféières du Brésil, premier producteur et exportateur mondial de café, principalement d'arabica.

Agence France Presse - 14 mars 2014