"Le dragon, animal totémique et protecteur, est né du crocodile et du serpent. En Occident, cet animal qui crache du feu et symbolise le démon est lié au mal", a expliqué lundi à l'AFP Pierre Baptiste, commissaire de l'exposition organisée par l'Institut français, le musée national des arts asiatiques Guimet et le musée national d'histoire du Vietnam de Hanoïselon.

"Au Vietnam, comme dans le monde chinois en général, il est bénéfique comme inquiétant. Il régit l'eau, l?inondation, comme la sécheresse, la pluie comme le beau temps", a-t-il poursuivi. "Dans ces pays où la régulation des fleuves est importante, c'est un animal dont le rôle est devenu fondamental et lié à celui du roi ou de l'empereur".

Dans cette exposition chronologique, la représentation du dragon est un prétexte pour évoquer les arts du Vietnam, du 5e siècle avant notre ère jusqu?à 1945 et l'abdication du dernier empereur, Bao Dai, au profit du Viet-Minh.

Au début du parcours, on découvre les premières représentations des ancêtres des dragons, les "proto-dragons": serpents enroulés, crocodiles menaçants ou encore animaux aquatiques gravés sur des armes de bronze et vases à alcool trouvés dans les tombes des chefs de tribu, dans le delta du fleuve Rouge.

Viennent ensuite des modèles funéraires de fermes fortifiées en terre cuite à l'époque de la domination chinoise (1er et 3e siècles), des jarres en bronze et céramique et les premiers dragons en bronze, sur un support de lampe ou un brûle-parfum montrant un personnage immortel chevauchant la bête de légende. L'exposition se poursuit par la présentation d'une série de céramiques vietnamiennes à décor bleu et blanc (15e et 16e siècles).

Puis le visiteur est accueilli dans un sanctuaire bouddhique par une immense statue de Bodhisattva Avalokitesvara à mille bras (époque Lê / Nguyên) qui symbolise la compassion infinie, une des principales vertus bouddhiques.

A découvrir également, des ornements de toiture en terre cuite grise datant du 18e siècle, en parfait état de conservation, et des pièces du trésor de la dynastie des Nguyên, sorties pour la première fois du musée de Hanoï, comme un sceau de l'empereur Gia Long (1820), en or massif, où le dragon plante ses griffes dans une base carrée, symbole de la terre et du pouvoir impérial.

Agence France Presse - 8 juillet 2014


Exposition “L'Envol du dragon-Art royal du Vietnam” à Paris

L’exposition “L'Envol du dragon-Art royal du Vietnam” s’est ouverte le 8 juillet au Musée national des arts asiatiques-Guimet, à Paris en présence de la ministre française de la Culture et de la Communication, Mme Aurélie Filippetti, et du vice-ministre de la Culture, du Sport et du Tourisme, M. Vuong Duy Bien.

L’exposition est le fruit de la coopération entre Musée national d’Histoire du Vietnam et le Musée Guimet. Pour la première fois, des œuvres d’art royal où figurent des représentations de dragons tout à fait uniques, dont l’image est à l’origine même du peuple vietnamien et qui reflètent la quintessence artistique du Vietnam ancien, sont présentées au public français et international.

Prenant la parole à cette occasion, le vice-ministre Vuong Duy Bien a fait grand cas de la signification de cet événement qui s’inscrit dans le cadre des années croisées France-Vietnam. D’après lui, l’Année du Vietnam en France apporte au public français l’image d’un Vietnam empreint de son identité traditionnelle, marqué par le renouveau et le dynamisme à travers un programme riche de plus de 100 manifestations, à commencer par la représentation artistique “Nuit de Lotus” en février dernier, inaugurant l’Année du Vietnam en France.

Il a énuméré ensuite la visite du ministre de la Culture, du Sport et du Tourisme Hoang Tuan Anh à cette même occasion, la signature de l’Accord de coopération et de remise d’archives audiovisuelles entre l’Institut vietnamien de Film et l’Institut national de l’Audiovisuel de la France, les Semaines et les Journées vietnamiennes, des expositions d’art traditionnel et contemporain, des expositions de photographies, des festivals qui se déroulent dans toute la France avec la participation de troupes venues du Vietnam… “La présence du Vietnam en France n’a jamais été aussi forte et fascinante”, a-t-il remarqué.

Pour sa part, Mme Aurélie Filippetti a estimé que l’exposition offre une occasion pour le public des deux pays de découvrir mutuellement leur culture et leur histoire, de renforcer le partenariat et l’amitié qui les unit et de tisser des liens humains durables entre les deux peuples. Elle a indiqué que dans le Vietnam traditionnel, le dragon occupe une place priviliégiée. “Centrée sur l’image du dragon, l’exposition évoque l’histoire millénaire de l’Age de bronze au crépuscule de la dernière dynastie royale du Vietnam. Elle permet ainsi de réveiller à travers le parcours scientifique et historique des symboles, des légendes qui parlent à notre inconscient et qui vont nourrir pour longtemps encore nos rêves et notre imaginaire”, a-t-elle souligné.

Les objets exposés sont faits de diverses matières, à savoir terre cuite, porcelaine, bois laqué et inscrusté de nacre, or, argent, cuivre, pierre précieuse… Une partie de ces objets sont prêtés par le Musée national d’Histoire du Vietnam, l’autre partie vient des collections du Musée Guimet, connues comme les plus riches hors du territoire vietnamien.

Ouverte du 8 juillet au 15 septembre, l’exposition “L'Envol du dragon-Art royal du Vietnam” permet au public de découvrir ou de redécouvrir l’une des plus belles cultures de l’Asie du Sud-Est, des chef-d’œuvres de tout premier plan qui permettent d’illustrer le faste des dynasties, notamment celle des Nguyen, à Huê, de sa fondation en 1802 à l’abdiction du dernier empereur, Bao Dai, le 25 août 1945.

Agence Vietnamienne d'Information - 10 juillet 2014