L'annonce a été faite par le président de la commission, Tin Aye, lors d'une rencontre publique avec des partis politiques à Rangoun. L'élection, test de la transition démocratique amorcée en 2011 avec la dissolution de la junte, devra être "libre et juste", afin que soient élus des députés "intelligents et bons", a-t-il ajouté. La date exacte devait être annoncée en août 2014.

Elections libres

Les autorités birmanes assurent que ces élections seront les plus libres qu'ait connue la Birmanie contemporaine, marquée par des décennies de dictature militaire jusqu'en 2011. Depuis, le gouvernement majoritairement civil du président Thein Sein a multiplié les réformes, permettant la levée de presque toutes les sanctions occidentales. Mais certains signes de raidissement ont suscité des inquiétudes pour les ambitions de l'opposante de 69 ans, qui a passé plus de dix ans en résidence surveillée.

Le LND de Aung San Suu Kyi favori

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi a de bonnes chances de remporter les législatives, ouvrant à la prix Nobel de la paix la voie de la présidence du pays. Mais cela nécessiterait une modification de la Constitution, rédigée par l'ancienne junte. Cela nécessiterait le soutien de l'armée, tout amendement de la Constitution nécessitant plus de 75% des voix au Parlement. Les élections partielles de 2012 avaient été largement remportées par la LND. Celle-ci avait boycotté les législatives de 2010, décriées comme frauduleuses.

Agence Belga - 21 octobre 2014