Mais ce geste d'apaisement de la part du gouvernement, vivement critiqué après que la police avait ouvert le feu sur des ouvriers en grève au début de l'année, n'a pas satisfait les employés du secteur textile. « Nous ne sommes toujours pas satisfaits du montant », a réagi Ath Thorn, président de la Confédération des travailleurs des industries textiles, à sa sortie de la réunion avec le ministère. Les syndicats réclament désormais une hausse à 140 dollars (112 euros).

La répression de la grogne des ouvriers avait suscité des inquiétudes concernant la politique répressive du premier ministre cambodgien, Hun Sen. Le textile est en effet un secteur clé de l'économie de ce pays pauvre d'Asie du Sud-Est, avec des centaines de milliers d'ouvriers travaillant pour des marques internationales comme Puma, Gap, Zara, Nike ou H&M.

Le Monde avec Agence France Presse - 12 novembre 2014