Cette résolution non-contraignante a été adoptée par consensus par l'Assemblée générale, où 193 pays sont représentés, un mois après avoir été approuvée par la commission des droits de l'Homme de l'Assemblée.

La résolution exprime "une vive préoccupation" quant au sort des Rohingyas dans l'Etat birman de Rakhine, où 140 000 membres de cette minorité musulmane vivent dans des camps insalubres depuis qu'une vague de violence a éclaté en 2012 entre bouddhistes et musulmans.

Un plan controversé soutenu par le gouvernement birman prévoit que les Rohingyas soient contraints de s'identifier comme Bengalis pour pouvoir demander la citoyenneté birmane.

Les Rohingyas sont considérés en Birmanie comme des immigrants illégaux venus du Bangladesh (d'où le terme de Bengali) mais assurent avoir des origines ancestrales dans le pays.

La résolution appelle le gouvernement à protéger les droits de tous les habitants de l'Etat de Rakhine, à garantir "un accès égal à la citoyenneté à la minorité rohingya" et à lui assurer un accès égal aux services fournis par les autorités.

Le projet de résolution, qui avait été élaboré par l'Union européenne, a été adopté par consensus, la Birmanie n'ayant pas requis qu'un vote ait lieu.

Agence Belga - 30 décembre 2014