Les manifestants, appartenant à divers groupes de défense de la démocratie, avaient annoncé publiquement sur Facebook leur mouvement de protestation le jour de la Saint-Valentin.

Les autorités ont installé des barrières pour empêcher les protestataires d’accéder à une place située en face du Siam, un énorme centre commercial situé au centre de la capitale.

Mais dans la soirée, sous l’oeil de dizaines de policiers, les manifestants, dont des étudiants, ont défilé dans les rues environnantes où ils ont déposé des roses le long des trottoirs et installé des urnes en cartons et des tables de votes fictives -- en forme de protestation contre l’attitude des généraux qui se sont emparé du pouvoir en Thaïlande par un coup d’Etat en mai dernier après avoir chassé le gouvernrment élu démocratiquement de Yingluck Shinawatra.

Quelques protestataires ont été interpellés par la police.

«Je suis ici pour protester contre le coup d’Etat», a déclaré à l’AFP, Pat Lertkeerstikul, une employée. «Voilà près d’un an qu’ils nous ont volé les dernières élections. Nous voulons le retour de notre démocratie».

Des manifestants ont distribué des copies du roman d’Orwell «1984» et ont fait le salut à trois doigts inspiré du film «The Hunger Games», devenus des signes de ralliement de l’opposition depuis la prise du pouvoir par les militaires et la loi martiale imposée par le chef des armées devenu Premier ministre, Prayut Chan-O-Cha.

Agence France Presse - 14 février 2015