Un responsable du Pentagone, qui a requis l'anonymat, a précisé que Washington respectait le droit des Vietnamiens à entretenir des relations avec qui ils l'entendent. "Toutefois, a-t-il souligné, il faut s'assurer que la Russie n'utilise pas la base de la baie de Cam Ranh pour mener des activités qui font monter la tension dans la région".

Interrogé, le général Vincent Brooks, commandant en chef de l'US Army dans le Pacifique, a pour sa part accusé les Russes de "provocations" lorsqu'ils effectuent des missions aériennes dans des zones sensibles, comme autour de l'île de Guam où se trouve une importante base américaine.

Les Américains, dans le cadre de leur stratégie du "pivot", ou rééquilibrage, en direction de l'Asie, aimeraient avoir un meilleur accès à Cam Ranh, où des bâtiments de l'US Navy ont fait relâche ses dernières années pour des réparations.

Le Viêtnam, pour sa part, souhaiterait améliorer ses relations avec les Etats-Unis face à son puissant voisin chinois, tout en restant proche de la Russie pour la coopération énergétique et militaire. La base de Cam Ranh abrite actuellement trois sous-marins achetés par Hanoï à la Russie afin de faire face aux ambitions expansionnistes de Pékin en mer de Chine méridionale. Deux autres submersibles devraient les rejoindre début 2016.

Le 4 janvier, le ministère russe de la Défense a annoncé que quatre avions-ravitailleurs Il-78 avaient utilisé l'an dernier la base de Cam Ranh pour ravitailler en vol des bombardiers stratégiques TU-95 "Bear".

Le Figaro avec Reuters - 11 mars 2015