"Les infrastructures de transport du Laos, dont les voies terrestres, fluviales, aériennes et ferrées, sont en retard par rapport à d'autres pays. Il y a encore beaucoup de problèmes à régler", a indiqué dans un entretien à Xinhua Lattanamany Khounnyvong, vice-ministre laotien des Travaux publics et des Transports et chef d'équipe du groupe de travail du projet ferroviaire Laos-Chine.

Le Laos cherche à ne plus figurer sur la liste des pays les moins avancés d'ici 2020 et à jeter les bases de l'industrialisation et de la modernisation, a souligné M. Lattanamany. "Le développement des infrastructures de transport fait partie des clés qui permettront au Laos de réaliser ces objectifs. Il constitue également une question majeure dans le développement national du pays."

Selon ce responsable, le gouvernement laotien a dévoilé un plan de transformation du Laos d'un "pays enclavé" en un "pays connecté", plan inspiré par les initiatives chinoises visant à améliorer la connectivité des transports.

Suite à la promotion des initiatives de "la Ceinture et de la Route" et à la préparation pour la construction du chemin de fer Chine-Laos, ce projet de transformation s'est hissé au rang de véritable stratégie nationale visant à transformer les désavantages géographiques du pays en avantages, a-t-il ajouté.

Les initiatives de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route de la soie maritime du 21e siècle, proposées par le président chinois Xi Jinping en 2013, visent à faire revivre les anciennes routes commerciales qui jalonnaient l'Asie, l'Afrique et l'Europe.

"On s'attend à ce que les initiatives chinoises de 'la Ceinture et de la Route' stimulent l'intégration économique entre les pays. Je soutiens totalement ces initiatives, car de bonnes infrastructures de transport et une connectivité des transports avec d'autres pays sont la clé du développement national", a déclaré M. Lattanamany.

"Le peuple laotien espère que le chemin de fer Chine-Laos pourra bientôt être construit, contribuant à faciliter plus encore les déplacements et le commerce".

La Chine et le Laos ont convenu l'an dernier d'accélérer les discussions sur la construction d'un chemin de fer reliant Kunming, chef-lieu de la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), avec Vientiane, capitale laotienne. Cette ligne transfrontalière envisagée se connectera à une ligne à vitesse moyenne que la Chine va aider à construire en Thaïlande.

Via le Laos, la Chine restera connectée avec d'autres pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), tandis que le Laos pourra attirer davantage d'investissements étrangers et de touristes, a noté le responsable.

Agence Xinhua - 23 Juin 2015