Cette décision serait un coup dur pour le clan Shinawatra, après une décision similaire en janvier dernier contre l'ex-première ministre.

La junte thaïlandaise, qui a pris le pouvoir en mai 2014, est accusée de vouloir éliminer durablement de la scène politique l'influent clan Shinawatra, qui a remporté toutes les élections depuis 2001. Les anciens parlementaires sont accusés d'avoir soutenu un amendement inconstitutionnel visant à faire de la Chambre haute une assemblée entièrement élue. Le vote qui doit décider de leur sort se tiendra le vendredi 14 août, a expliqué le porte-parole de l'Assemblée Jetn Siritharanont."Je suis convaincu qu'ils ne peuvent pas nous attaquer parce que tout le processus a été réalisé dans la loi", a déclaré Amnuay Klangpa, membre du Puea Thai, parti soutenant les Shinawatra.

La Thaïlande, profondément divisée entre pro et anti-Shinawatra, est confrontée à une crise politique récurrente depuis le coup d'Etat de 2006 contre Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck. En plus de son interdiction de la vie politique, cette dernière risque 10 ans de prison dans un procès où elle est accusée de négligence pour la mise en place d'un coûteux programme gouvernemental de subvention à la riziculture, emaillé de corruption selon ses détracteurs.

Le Figaro avec Agence France Presse - 6 Août 2015