Une grande partie des vélos électriques sur les routes du Vietnam sont de marque chinoise, les fabricants chinois de vélo électrique, attirés par d'énormes opportunités de marché, ayant construit des usines dans ce pays connu comme "le royaume de la moto".

Un engagement économique croissant

Il y a plus d'un an, l'entreprise chinoise Yadea Science and Technology Company s'est installée dans un parc industriel de Hanoï. Elle possède aujourd'hui une usine de 8.000 m² avec une capacité de production mensuelle d'environ 12.000 vélos électrique.

A l'intérieur de l'atelier de Yadea, les employés sont occupés à assembler les composants sur la ligne de production, qui permet de construire un vélo électrique toutes les 4 ou 5 minutes.

Dans l'entrepôt, les vélos électriques sont placés de manière ordonnée. Certains d'entre eux sont très demandés sur le marché vietnamien alors que d'autres sont fortement favorisés par les clients chinois.

"Le Vietnam est connu comme "le royaume de la moto". Cependant, les motos sont coûteuses et nuisibles à l'environnement. Ainsi, de plus en plus de personnes au Vietnam se tournent aujourd'hui vers les vélos électriques", a déclaré à Xinhua dans une interview Lü Gang, directeur général de Yadea.

Le succès de Yadea à Hanoï est un microcosme de l'engagement commercial et économique croissant entre la Chine et le Vietnam, offrant un aperçu de l'avenir prometteur de leur coopération mutuellement bénéfique dans la capacité de production.

Les statistiques officielles montrent que le volume du commerce bilatéral a atteint 64,1 milliards de dollars au cours des trois premiers trimestres de 2015, soit une hausse de 12% par rapport à la même période en 2014.

La Chine a été le plus grand partenaire commercial du Vietnam pendant onze années consécutives, alors que le Vietnam est devenu le deuxième plus grand partenaire de la Chine au sein de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) en 2014.

Un énorme potentiel de coopération

Ce qui est encourageant est que la coopération dans les capacités entre le Vietnam et la Chine possède un grand potentiel, alors que l'initiative chinoise "La Ceinture et la Route" et le plan vietnamien baptisé "Deux Couloirs et un Cercle économique" pourraient être reliés.

L'initiative de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle est destinée à renforcer la coopération dans des projets commerciaux et d'infrastructures internationaux. Le plan vietnamien a été proposé par ses dirigeants lors d'une visite en Chine en mai 2004, dans le but de renforcer les liens économiques entre dix provinces et municipalités chinoises et vietnamiennes.

Lorsque le vice-Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a rencontré séparément le Premier ministre chinois Li Keqiang et le vice-Premier ministre Zhang Gaoli à Beijing en septembre, les deux parties ont convenu d'aligner l'initiative chinoise avec le plan vietnamien afin de promouvoir la coopération dans la capacité industrielle, le commerce et l'investissement, ainsi que dans d'autres domaines.

"La mise en œuvre de l'initiative 'La Ceinture et la Route' devra faciliter davantage les relations commerciales entre la Chine et le Vietnam et promouvoir la croissance économique dans la région d'Asie du Sud-Est", a déclaré M. Lü de Yadea.

Estimant que son entreprise va continuer à croître grâce à l'initiative chinoise, M. Lü a déclaré qu'il est essentiel d'assurer la qualité des produits de manière à se garantir une place sur le marché vietnamien.

"Nous prévoyons d'étendre nos activités dans le sud du Vietnam et de promouvoir nos produits dans les grands supermarchés du pays. Notre objectif est d'exporter les produits de Yadea du Vietnam à l'ensemble du marché de l'ASEAN", a ajouté M. Lü.

Yadea n'est pas la seule entreprise chinoise désireuse de saisir les opportunités d'affaires apportées par l'initiative "La Ceinture et la Route". Un nombre croissant d'entreprises chinoises tentent d'explorer de nouveaux marchés ici, en particulier ceux dans le secteur de la haute technologie à forte valeur ajoutée.

Vina Solar Technology Company, engagée dans la fabrication de modules photovoltaïques (panneaux solaires, ndlr), est l'une d'entre elles.

Depuis sa création en avril 2014, la taille de Vina Solar a été multipliée par six, et elle est en voie de devenir la plus grande société chinoise à l'étranger engagée dans la fabrication de modules photovoltaïques.

Yang Yongzhi, directeur général de Vina Solar, a confié à Xinhua que la coopération dans la capacité de production ne signifie pas un transfert de technologie dépassée.

"Apporter une technologie dépassée au Vietnam n'est pas une bonne stratégie d'affaires sur le long-terme", car seule la coopération dans les capacités de haute qualité pourrait assurer un développement durable face à la concurrence gigantesque, a-t-il expliqué.

Ngo Thi Thuy, employée de Vina Solar, a déclaré que les investissements chinois couplés avec la technologie de pointe créent des emplois pour les Vietnamiens et bénéficient à son pays.

La Chine se classe au 9e rang des investisseurs étrangers au Vietnam, avec près de 8,24 milliards de dollars investis dans 1.193 projets dans ce pays d'Asie du Sud-Est. Les perspectives pour la coopération dans la capacité entre les deux pays sont ainsi prometteuses.

Construire des parcs industriels

Construire des parcs industriels au Vietnam a longtemps été considéré comme un moyen classique et idéal pour promouvoir la coopération sino-vietnamienne dans la capacité, de tels parcs pouvant aider à diminuer les coûts et les risques.

"Van Trung a de grands avantages en ce qui concerne sa situation géographique," a indiqué M. Yang, expliquant pourquoi son entreprise a choisi le parc industriel Van Trung pour y établir sa base de production.

Etant proches de la ville portuaire de Hai Phong, de la frontière avec la Chine et de l'aéroport international Noi Bai de Hanoï, le parc industriel Van Trung, situé dans la province de Bac Giang, constitue un endroit idéal pour Vina Solar.

La construction du parc Van Trung a débuté en juillet 2013. Depuis, 30 bâtiments d'usine standards ont été construits dans une zone de 165.000 m².

Huit des 13 sociétés opérant dans Van Trung proviennent de Chine. Excepté une usine de vêtements, toutes les autres sont des entreprises de haute technologie, a fait savoir Yao Ziran, directeur général de la société Fu Hua, propriétaire du parc.

Actuellement, 50 bâtiments d'usine sont en cours de construction dans les cinquième, sixième et septième étapes du plan de développement, le Vietnam étant témoin d'un afflux croissant d'investisseurs chinois.

Fu Hua est également en train de construire un autre parc industriel dans la province de Vinh Phuc (nord) pour les entreprises chinoises de haute-technologie.

"Nous sommes prêts à saisir les opportunités offertes par le projet 'La Ceinture et la Route' et le plan 'Deux Couloirs et un Cercle économique'", a ajouté M. Yao.

Agence Xinhua - 2 novembre 2015


Bank of China prête à financer des projets d'infrastructures au Vietnam

Bank of China a assuré au Vietnam qu'elle est prête à financer des projets d'infrastructures dans le pays, y compris ceux liés à l'initiative chinoise "La Ceinture et la Route" et au plan vietnamien "Deux Couloirs et un Cercle économique".

Wang Hao, directeur de la branche de Bank of China à Hanoï, a déclaré dans une interview avec Xinhua que le financement de projets vietnamiens par la banque est en accord avec sa politique de contribution au renforcement des liens entre la Chine et le Vietnam.

M. Wang a cité en exemple la centrale thermique An Khan I, mise en service le 1er octobre 2015 dans la province vietnamienne de Thai Nguyen (nord), qui illustre parfaitement la coopération efficace entre les entreprises chinoises et vietnamiennes ainsi que la politique de Bank of China visant à aider les compagnies chinoises à investir au Vietnam.

Ce projet, signé en décembre 2011, "a été mis en œuvre alors que l'économie mondiale et vietnamienne faisait face à des difficultés, et a donc reçu une attention toute particulière des dirigeants des deux pays", a indiqué M. Wang.

Selon lui, lors des quatre ans de mise en œuvre du projet, la banque a reçu "une grande attention" de la part des deux gouvernements ainsi qu'une aide directe du Comité populaire de Thai Nguyen, de l'ambassade de Chine et du consulat chinois au Vietnam.

La centrale An Khanh I a un investissement total de 215,1 millions de dollars. Elle fait partie des quatre plus grandes centrales thermiques construites au Vietnam par une entreprise privée vietnamienne en partenariat avec une entreprise chinoise.

M. Wang a fait savoir que Bank of China devrait signer un autre accord de financement pour le projet An Khanh II, des discussions préliminaires ayant déjà été effectuées.

Il a précisé que Bank of China renforce activement ses aides financières pour les projets d'infrastructures au Vietnam, en particulier dans les domaines de l'énergie et des transports.

"Afin de renforcer le partenariat global, stratégique et coopératif entre la Chine et le Vietnam, il est important de considérer l'investissement et le commerce comme les fondations pour stimuler les liens bilatéraux entre les deux pays, améliorer la confiance mutuelle et forger une relation gagnant-gagnant", a conclu M. Wang.

Agence Xinhua - 3 novembre 2015