Cependant, le gouvernement russe conseille désormais à ses ressortissants - sur fond de tensions liées au terrorisme - de privilégier des destinations où la sécurité est garantie comme le Vietnam, Cuba et la Chine. Une aubaine.

Selon The Wall Street Journal, la Chambre basse du parlement russe a publié la liste des destinations sûres. Et le Vietnam en fait partie.

Lors de la 18e session du Comité intergouvernemental Vietnam-Russie sur la coopération économique, commerciale, scientifique et technique tenue le 25 novembre à Hanoi, il a une nouvelle fois été question - parmi les thèmes abordés - de la coopération bilatérale prometteuse en matière de développement touristique. Il s’agit là d’une vraie opportunité pour l’industrie sans fumée vietnamienne, l’afflux de touristes étrangers ayant tendance à diminuer. De plus, les Russes posent le plus souvent leurs jours de congés pour échapper à l’hiver. Une haute saison qui dure d'octobre jusqu’à fin mars.

Le Vietnam a plusieurs atouts pour lui : l’amabilité de ses habitants, des produits adaptés aux besoins et exigences des voyageurs russes, une stabilité politique exemplaire, des destinations sûres, etc. C’est donc maintenant que le pays doit faire le «forcing» afin de séduire celles et ceux qui projettent de passer des vacances au soleil.

Dans cette optique, a eu lieu une séance de travail entre le Département général du tourisme de Russie, et le ministère vietnamien de la Culture, des Sports et du Tourisme et l'Administration nationale du tourisme du Vietnam.

Entre 2012 et 2013, l’afflux de touristes russes au Vietnam a augmenté de plus de 70%. Mais en 2014, l’effondrement du rouble sur le marché des devises a eu des effets dévastateurs, et seuls plus de 300.000 Russes ont voyagé au Vietnam. La situation n’est guère meilleure cette année, avec pour le moment environ 297.000 visiteurs. Les Vietnamiens apprécient les Russes car ils dépensent souvent beaucoup d’argent.

Par Thu Huong - Le Courrier du Vietnam - 8 décembre 2015