Il a été inauguré le mois dernier en grande pompe, et financé par des intérêts nord-coréens, en partenariat avec APSARA, l’autorité cambodgienne en charge des temples.

La Corée du Nord, n’est pas à ses premiers intérêts au Cambodge. En effet on y trouve déjà 2 restaurants de la chaîne « Pyongyang » dont les intérêts économiques font souvent scandale et sèment le trouble.

Historiquement le Cambodge a toujours eu des bonnes relations avec la Corée du Nord. Durant le coup d’Etat de 1970, Kim Il Sung a offert l’asile au Roi Sihanouk, ainsi que des gardes du corps personnels lors de son séjour en Corée du Nord, lors de l’abdication du Roi en faveur de son fils Norodom Sihanouk.

En échange, la maison familiale de Sihanouk a été offerte à la Corée du Nord comme Ambassade, à Phnom Penh.

En 1993, lors du retour du Roi au Royaume, la Corée du Nord, a fait partie des premiers pays partenaires, à vouloir signer des traités économiques, dans le commerce, l’industrie, et l’agriculture avec le Cambodge. Ces accords ne verront d’ailleurs jamais le jour.

Concernant le mystérieux musée, le contenu en a été plusieurs fois remis en cause. Les prémices du projet parlaient d’intérêts nord-coréens ; au final le musée regroupe une partie de l’histoire khmère, retracée avec des « technologies » nord-coréennes. 63 experts nord-coréens se sont penchés sur ce projet de peintures, et de vestiges. Ils étaient suivis de près par des experts archéologiques Cambodgiens.

Des films en 3D viennent jalonner les couloirs du musée, représentant l’évolution de l’Empire Khmer, la construction des temples, et la vie de la Capitale Angkor – sans oublier de nombreuses illustrations de peintures et de films animés.

Plusieurs facettes apparaissent alors. S’agit-il de mettre en valeur des savoirs faire nord-coréens, ou profiter de cette aubaine pour faire du change de devises ?

Comme pour les restaurants labellisés « Pyongyang », des ‘salariés’ de Corée du Nord officient dans ce musée. Selon des sources proches du dossier, ça ne serait pas moins de 20 membres nord-coréens dont une dizaine de femmes. Selon des informations exclusives confiées à Cambodge News, toutes ces personnes appartiennent au parti et sont reconnaissantes envers la loyauté du Parti des Travailleurs, le parti unique de la Corée du Nord.

Actuellement le musée est visité quotidiennement par environ 30 personnes par jours, avec des tarifs de 8$ pour un Cambodgien, et 15$ pour un étranger. La question de la rentabilité peut légitimement alors se reposer.

Lors de l’ouverture du musée, le vice-Premier ministre Sok An, a axé son discours sur les relations entre les 2 pays, au-delà de l’aspect financier du projet.

CambodgeNews.com. - 25 janvier 2016