De nouvelles personnalités destinées à occuper les postes clés de l’Etat ont été désignées. Seul, le secrétaire général du Parti, Nguyên Phu Trong, a été maintenu à son poste malgré ses 72 ans, « pour assurer la continuité », ont expliqué les commentaires officiels.

La fin officielle des débats du Congrès n’a pas mis un terme l’arrivée de nouveaux dirigeants et à la promotion des anciens. On peut retenir comme très significative la décision, prise par le Premier ministre en activité et annoncée le 10 février dernier, élevant au poste de secrétaire d’Etat auprès de la Sécurité publique l’actuel directeur du Bureau gouvernemental des Affaires religieuses, le lieutenant général (deux étoiles) Pham Dung. Il était déjà secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur, un poste qui lui avait été confié lorsqu’il fut nommé principal responsable des Affaires religieuses du pays en 2012, et cumulera désormais les trois fonctions.

La Sécurité publique place ses officiers au sein de l'appareil du Parti et de l'Etat

Cette nomination renforce encore les liens d’allégeance du Bureau des Affaires religieuses avec la Sécurité publique. Il faut ajouter à cela que, globalement, le XIIe Congrès a connu une avancée générale du personnel de la Sécurité publique, qui place ainsi ses officiers supérieurs au Bureau politique, au Comité central et va sans doute conquérir le poste de chef de l’Etat pour un de ses plus brillants généraux. Avec cette nomination, l’appareil policier de la Sécurité publique confirme le rôle éminent joué par lui dans la gestion de la vie religieuse du pays.

Le déroulé de carrière du lieutenant général Pham Dung est intéressant dans la mesure où il est typique de celui emprunté par nombre de dirigeants, alliant une discrétion extrême à une grande efficacité. Le futur responsable des Affaires religieuses est né en 1956 dans la région de Bac Ninh. Il a été élevé à Hanoi, où, après des études secondaires, il a poursuivi des études de droit. Les titres portés sur son curriculum vitae officiel sont les suivants : professeur adjoint, docteur en droit, lieutenant général (deux étoiles), héros des forces armées populaires. Par la même source, on apprend que ces disciplines préférées sont les relations diplomatiques, la sécurité internationale et, bien entendu, la religion. Il les enseigne dans plusieurs institutions et universités.

En 2007, il avait été nommé à un poste de haute responsabilité : directeur général de la Sécurité nationale. Puis en 2012, il devenait secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur, tout en assumant la charge de directeur du Bureau gouvernemental des Affaires religieuses. Son actuelle promotion au ministère de la Sécurité publique marque sans doute une étape dans la progression en force de l’appareil policier vietnamien au sein de l’appareil d’Etat.

La gestion des Affaires religieuses est considérée par le Parti communiste et l’Etat vietnamiens comme très importante. Le bureau gouvernemental a été fondé en 1955. Il avait pour but d’assurer la gestion des religions sur toute l’étendue du pays. Paradoxalement, ce bureau a pris plus d’importance après l’abandon par les autorités, dans les années 1990, d’une politique strictement marxiste de répression pour adopter une politique de strict contrôle du phénomène religieux au sein de la population.

Agence Eglise d'Asie - 12 février 2016