D’après les dernières prévisions de l’ENSO (El Nino et Oscillation australe-La Nina) en février dernier, le phénomène climatique El Nino, qui a débuté en mars 2014 jusqu’à aujourd’hui, va continuer à se faire ressentir. Néanmoins, il est tout de même en train de s’affaiblir continuellement et il pourrait se transformer en un stade neutre durant le deuxième trimestre.

Sachez que ces prévisions reposent sur la baisse des températures (-0,5oC) de la surface de l’Océan Pacifique en zone équatoriale. Ces données sont également rendues possibles grâce à l’élargissement des courants d’eau froide en profondeur vers le centre de cet océan par rapport à la fin d’année dernière. En effet, dans l’atmosphère, le vent alizé dans les régions qui se situent entre le centre et le nord de l’Océan Pacifique est revenu à la normale, tandis que l’Indice de l’Oscillation Australe (IOA) restait, quant à lui, assez haut en janvier dernier.

En se basant sur ces prévisions, nous pouvons donc donner quelques estimations sur la météo de cette année. Concrètement, depuis la mi-février, malgré l’affaiblissement d’El Nino, il existerait encore quelques vagues d’air froid, parfois intenses, qui viendraient du Nord du Vietnam. Mais, leur fréquence ainsi que leur intensité seraient en train de diminuer par rapport aux années précédentes. En outre, il y aura des courants de chaleur provenant de la zone de dépression de l’Ouest (entre le Nord-Est de l’Inde et le Myanmar) qui feront alterner les vagues de froid. Grâce à la diffusion de ces dernières, la météo des provinces du Centre et du Sud du Vietnam devrait être assez supportable pour ses habitants (30-34oC au maximum).

La saison chaude

Cette année, la saison chaude arrivera assez tôt. Après l’équinoxe de printemps (22 mars), et à cause du mouvement apparent du soleil vers l’hémisphère nord en passant par l’équateur, la température, la durée d’ensoleillement et l’intensité du rayonnement augmenteront. Ce mois-ci sera donc chaud et sec, tandis que le mois d’avril sera chaud et presque étouffant.

Outre le Nord du Vietnam, les autres régions devraient aussi subir des répercutions très sévères : hautes températures (environ 40oC au maximum), hautes intensités du rayonnement, pas de pluie, basse humidité, peu de nuage… Tous ces éléments favoriseraient le déclenchement d’un incendie dans de nombreux endroits, mais notamment dans le Sud, la région la plus touchée par la sécheresse.

Justement, lors de la saison sèche de cette année, la salinisation a lieu en ce moment deux mois plus tôt que d’habitude avec une salinité plus élevée. À cause de la faible intensité des courants du fleuve Mékong vers le delta de Cuu Long, les zones estuariennes de ce delta sont gravement pénétrées par l’eau salée. Sachez en effet que la salinisation est déjà entrée de 50 à 70 km dans le terrain. Le manque d’eau douce devient de plus en plus grave. Et cette situation devrait durer jusqu’au début du mois mai.

Même si le Nord et le Sud connaitra une saison humide, la chaleur du Centre continuera quant à elle jusqu’en juillet. Sa température pourrait s’élever à 41-42oC. Cette région devrait subir les pires phénomènes : sécheresse, inondations et même des phénomènes climatiques extrêmes bien plus graves que dans le passé.

La saison humide

Selon les prévisions, après avoir subi des influences d’El Nino durant la première moitié de l’année, le Vietnam devrait continuer à faire face à La Nina à partir du mois de septembre. Même si il est encore trop tôt pour avoir un avis définitif sur la question, les signes de l’arrivée d’une saison de pluies, d’ouragans et d’inondations sont assez visibles.

Au début du mois de mai, les premières pluies de l’été comprenant même des averses et des orages toucheront le pays. Elles entraineront des facteurs climatiques dangereux surtout dans le Sud tels que le foudroiement, la tornade, la trombe marine, le vent fort ou la grêle.

Puis, à partir de septembre, l’épisode de La Nina arrivera officiellement. Sous les influences de ce phénomène, la fréquence et l’intensité des ouragans et des inondations sera renforcée.

Cette année, sous l’influence de l’El Nino et La Nina, la saison sèche sera donc très rigoureuse. La saison humide arrivera quant à elle plus tard que d’habitude. L’intensité des phénomènes climatiques extrêmes sera très forte, et ces derniers se produiront de manière très continue.

Par Huy Hoàng - Le Courrier du Vietnam - 9 Mars, 2016