En cause, une démonstration d'un site web de la police thaïlandaise mal protégée.

Dimanche soir, un journaliste basé en Thaïlande, Andrew MacGregor Marshall, a révélé sur Facebook, une importante fuite de données personnelles : les noms, adresses, professions et numéros de passeport de plus de 2000 étrangers vivant dans le sud de la Thaïlande, ont été mis en ligne, et étaient accessibles aux yeux de tous.

Ces données ont fuité à cause d'un site web en construction : il bénéficiait du logo de la police thaïlandaise, mais était accessible par une adresse non-gouvernementale, et donc par tous le monde. Le site n'est plus accessible à l'heure actuelle mais de nombreuses personnes ont pu y accéder.

Ce lundi, l'éditeur du site web, le développeur Akram Aleeming, a reconnu que le site avait été rendu public par erreur. Il a par ailleurs confirmé à l'AFP que ce site lui avait été commandé par les services de l'immigrations thaïlandais. Ces derniers n'ont pas confirmé l'information.

« Les bons dedans, les méchants dehors »

Cette fuite a été révélé au moment où le royaume durcit sa politique vis-à-vis des étrangers séjournant dans le pays. Cette nouvelle mesure appelée «Good guys in, bad guys out» (littéralement « Les bons dedans, les méchants dehors »), entrée en vigueur le 20 mars, prévoit un durcissement des conditions pour les étrangers en séjour illégal. Un séjour illégal de moins d'un an entraîne une interdiction de séjour de cinq ans.

LeDauphiné.com - 28 Mars 2016