Cette déclaration vient infirmer l'information de la presse chinoise annonçant que la Chine était parvenu à un accord avec le Cambodge, le Laos et le Brunei, selon lequel les pays concernés par la question de la Mer Orientale doivent régler leurs différends avec la Chine de manière bilatérale et non avec l'ensemble du bloc de l'ASEAN.

Le 22 avril, la presse chinoise, dont la Télévision nationale de Chine (CCTV), avait rapporté la déclaration du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, à l'occasion de la visite au Cambodge les 21 et 22 avril du chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, que les différends actuels en Mer Orientale concernent la Chine et les pays concernés, et non toute l'ASEAN.

En conséquence, les pays concernés doivent régler eux-mêmes cette question. La Chine et l'ASEAN doivent coopérer pour garantir la paix en Mer Orientale.

Cependant, Phay Siphan a souligné avec le correspondant de la VNA qu'il n'y avait eu aucun accord ou discussion sur cette question et qu'il s'agissait d'une visite ordinaire du ministre chinois des AE au Cambodge.

Il a aussi souligné la position du Cambodge sur la question de la Mer Orientale, à savoir que le pays souhaite un respect plein et efficace par les parties concernées de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale, conclue entre la Chine et l'ASEAN en 2002, année durant laquelle le Cambodge a assumé la présidence tournante de l'ASEAN.

Le Cambodge souhaite que les pays concernés par la question de la Mer Orientale règlent leur différends par des mesures pacifiques, et que tous les pays de l'ASEAN s'efforcent de parvenir bientôt au Code de conduite en Mer Orientale, a-t-il ajouté.

Auparavant, lors d'un point presse conjoint avec le ministre chinois des AE, Wang Yi, après leur rencontre le 22 avril, le ministre cambodgien des AE, Prak Sokhonn, avait précisé que son pays maintenait une position neutre au regard de la question de la Mer Orientale et appelait les parties concernées à régler leurs différends par la voie diplomatique.

Pour rappel, le 25 avril, le porte-parole de l'ambassade de Chine s'est refusé à répondre à la question du correspondant de "The Phnom Penh Post" relative à l'information mentionnée par le CCTV sur "un accord important" entre la Chine et le Cambodge, le Laos et le Brunei, lors de la visite de Wang Yi au Cambodge.

Agence Vietnamienne d'Information - 27 avril 2016


La Chine établit un consensus avec le Brunei, le Cambodge et le Laos sur la question de la mer de Chine méridionale

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, en visite au Laos, a déclaré samedi à Vientiane que la Chine a atteint un consensus en quatre points avec le Brunei, le Cambodge et le Laos sur la question de la mer de Chine méridionale.

Les quatre pays ont convenu que les différends territoriaux sur des îles, des rochers et des bancs dans la mer de Chine méridionale ne sont pas un problème entre la Chine et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) dans son ensemble, qui ne devrait pas affecter le développement des relations Chine-ASEAN, a déclaré M. Wang lors d'une conférence de presse à Vientiane.

Ils ont convenu que le droit des Etats souverains de choisir leurs propres moyens de résoudre les différends en vertu du droit international doit être respecté, selon le ministre.

Ils se sont opposés à toute tentative d'imposer unilatéralement un ordre du jour sur d'autres pays, a affirmé M. Wang.

Les quatre pays ont également convenu que les différends territoriaux et maritimes devraient être résolus par des consultations et des négociations par les parties directement concernées, conformément à l'article 4 de la Déclaration sur la conduite des parties dans la mer de Chine méridionale (DOC), a-t-il dit.

Ils croient que la Chine et les pays de l'ASEAN sont capables de maintenir conjointement la paix et la stabilité dans la mer de Chine méridionale grâce à la coopération.

Les pays en dehors de la région devraient jouer un rôle constructif à cet égard, ont-ils convenu.

Le Laos est la dernière étape de la visite du ministre chinois dans trois pays asiatiques, qui l'a conduit au Brunei et au Cambodge.

Agence Xinhua - 23 avril 2016