Depuis plus de vingt ans ce temple est connu comme le temple des tigres. Il était très visité par les touristes, mais lors d’une opération, des agents du département gouvernemental de protection de la vie animale ont découvert des dizaines de bébés tigres morts. L’affaire fait beaucoup de bruit en Thaïlande.

Lundi 30 mai, des officiels thaïlandais du gouvernement accompagnés de la police sont venus pour transférer une partie des 137 tigres d'un célèbre temple bouddhique dans un centre de protection animale.

Ils ont découvert, dans un grand réfrigérateur caché, plus de quarante cadavres de bébés tigres. Ils ont aussi trouvé le cadavre d’un ours et des dizaines de bois de cervidés. Ce sont évidemment des signes clairs de ce que ce temple pourrait être impliqué dans un trafic illégal d’animaux protégés et de parties d’animaux protégés.

Mercredi 1er juin, la police a arrêté un bonze qui tentait de quitter le temple dans un véhicule utilitaire. Il transportait deux grandes peaux de tigres et un millier de talismans bouddhiques fabriqués avec des morceaux de peaux. Ce qu’on est en train de découvrir est que ce temple était derrière un vaste trafic d’animaux protégés.

Le temple des tigres, depuis longtemps soupçonné

Les associations de protection de la vie animale accusaient depuis de nombreuses années ce temple de maltraiter les tigres, et d'être au coeur d'un trafic d’animaux. Mais elles n’avaient pas de preuves solides. Les autorités thaïlandaises ont aussi essayé de fermer le temple après que trois tigres ont disparu il y a un an. Mais le temple des tigres, le Wat Pha Luang Ta Bua de son vrai nom, avait un énorme succès auprès des touristes.

Les touristes pouvaient s’y faire prendre en photo en cajolant les tigres, qui vivaient en liberté dans l’enceinte du temple. Certains soupçonnent que les tigres étaient drogués de manière à ne pas agresser les touristes. Un autre facteur expliquant la réticence de la police à intervenir est que les moines bouddhistes sont sous une autorité hiérarchique spécifique, dirigée par des moines de haut rang. De ce fait, ils échappent souvent à l’autorité administrative et judiciaire.

Un trafic à destination du marché thaïlandais

Les talismans bouddhiques étaient destinés au marché thaïlandais. Des millions de Thaïlandais portent de tels talismans, généralement attachés avec une corde autour de la taille et sous la chemise. En revanche, il n’y a pas encore d’éléments précis concernant les carcasses de bébés tigres et les peaux de tigres. Mais on sait qu’une voie importante du trafic de telles parties d’animaux passe par le Laos pour aboutir en Chine.

Le département de protection de la vie animale a déposé plainte contre l’abbé du temple pour possession illégale de carcasses d’animaux protégés. Le temple est bien évidemment fermé aux touristes depuis la macabre découverte. Le processus judiciaire risque de prendre très longtemps, car le temple est riche des revenus engrangés grâce aux touristes. Et en Thaïlande, l’argent est toujours un facteur à prendre en compte dans le cadre de procédure légale.

Par Arnaud Dubus - Radio France Internationale - 3 Juin 2016