En 2022, les ingénieurs vietnamiens en fabriqueraient un autre, baptisé LOTUSat-2. Une véritable percée pour le secteur national des technologies spatiales.

En mai 2013, le Vietnam a envoyé dans l’espace son premier satellite, VNRED Sat-1, devenant ainsi l’un des 25 pays du monde ayant un satellite d’observation de la Terre. VNRED Sat-1 a une dimension de 600x570x500 mm, un poids de 120 kg et une durée de vie de cinq ans. Il permet au Vietnam de capturer des images de haute définition au service de la surveillance des catastrophes naturelles, des données géologiques et forestières, des prévisions météorologiques, du suivi des ressources halieutiques, etc.

En 2006, le Vietnam avait lancé Vinasat-1 et Vinasat-2, deux satellites de télécommunications. Ses ingénieurs ont aussi conçu un microsatellite, PicoDragon (10x10x11,35 cm, pour un kilogramme), emporté par le module japonais HTV4. Ce fut le premier satellite en activité développé par le Vietnam lui-même.

Une percée technologique avec LOTUSat-1

Début 2019, le Vietnam lancera LOTUSat-1, satellite d’observation radar de la Terre. D’un poids de 600 kg, il sera plus sophistiqué que VNRED Sat-1 et capable de capturer des images de très haute définition (2,5 m pour VNRED Sat-1, 1 m pour LOTUSat-1), et ce par tous temps, de jour comme de nuit.

LOTUSat-1 sera conçu par des experts japonais avec la participation d’ingénieurs vietnamiens. Ce sont ces derniers qui concevront en 2022 LOTUSat-2. Les deux satellites fonctionneront durant huit ans et nécessiteront un budget d’environ 600 millions de dollars.

Une station au sol de réception des images de LOTUSat-1 sera implantée dans la zone de hautes technologies de Hoà Lac à Hanoi et une autre à Hô Chi Minh-Ville.

Selon les experts japonais, les données de ces deux satellites permettront au Vietnam d’économiser 150 millions de dollars/an de pertes dans l’agriculture à cause des catastrophes naturelles.

Le plus important projet technoscientifique du pays

D’après Pham Anh Tuân, directeur du Centre national des satellites, la conception et la fabrication de LOTUSat-1 et de LOTUSat-2 s’inscrivent dans le cadre d’un projet du Centre spatial du Vietnam. C’est le plus important projet scientifique et technologique du pays de ces 35 dernières années.

Un centre spatial sera construit à Hoà Lac. Le personnel se composera de diplômés de trois écoles : École supérieure des sciences et technologies et celle des technologies de l’Université nationale de Hanoi, et l’École internationale de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville.

De plus, 35 cadres ont été envoyés au Japon pour un cursus en technologies spatiales. Ils conçoivent le satellite MicroDragon (50x50x50 cm, environ 50 kg), guidés par des experts japonais. Ce satellite aura pour mission d’observer le littoral. Mise en orbite prévue pour septembre 2017.

Par Quê Anh - Le Courrier du Vietnam - 2 juillet 2016