Pour contrer les ambitions de Pékin, Hanoi a discrètement fortifié plusieurs de ses îles en mer de Chine du Sud, en y installant des lance-roquettes mobiles, rapporte Reuters. Au cours des derniers mois, le Vietnam aurait armé plusieurs des îles Spratleys sous son contrôle, échappant à la surveillance aérienne, sur cinq positions stratégiques. En effet, les lance-roquettes pourraient atteindre des pistes d’atterrissage et des installations militaires chinoises.

Le ministre vietnamien des Affaires étrangères a qualifié cette information d’« inexacte », sans s’étendre sur la question. Quant au vice-ministre de la Défense, le Lieutenant Général Nguyen Chi Vinh, il avait nié ces « allégations » en juin dernier à Singapour, tout en déclarant : « Il relève de notre droit à l’auto-défense de déplacer nos armes dans n’importe quelle zone, à n’importe quel moment, sur notre territoire souverain. » Il s’agirait de la mesure défensive la plus importante de la part du Vietnam en mer de Chine. Le pays se sent de plus en plus vulnérable face aux prétentions chinoises dans cette zone stratégique. Le mois dernier, Pékin a rejeté l’arbitrage du tribunal de La Haye, jugeant que les revendications de la Chine n’avaient pas de « base légale »

Reuters - 10 août 2016