« Ce pays de 90 millions d'habitants a toutes les conditions pour devenir un grand sous-traitant de la Chine, ce que le Mexique est aux Etats-Unis », selon Bruno Vanier.

Pour Carlos Hardenberg, « le Vietnam est une économie très diversifiée qui profite notamment de la hausse du coût de la main-d'oeuvre en Chine, mais ce n'est pas le facteur essentiel. Le plus important, c'est que le Vietnam est parvenu à attirer de nombreux investissements étrangers directs à haute valeur ajoutée, dans la technologie notamment ». Le coréen Samsung emploie ainsi 40.000 personnes au Vietnam, « pays qui bénéficie d'une position géographique unique en Asie du Sud-Est grâce à de nombreux ports en eau profonde ».

Conséquence, la Bourse d'Hô-Chi-Minh-Ville est en forte croissance (+14 % depuis le début de l'année), même si « l'investissement est un peu plus compliqué en raison de restrictions », reconnaît Bruno Vanier. Les investisseurs étrangers ne peuvent en effet pas détenir plus de 49 % d'une société vietnamienne.

Par Pierrick Fay - Les Echos / Bloomberg - 18 Août 2016