Nguyen Huu Quoc Duy, âgé de 31 ans, et son cousin Nguyen Huu Thien An, 21 ans, ont été condamnés respectivement à trois ans et deux ans de prison ferme, à l'issue d'un procès d'une seule journée dans la ville de Khanh Hoa, dans le sud du pays, ont rapporté les médias d'Etat mercredi.

Duy a été reconnu coupable d'avoir partagé sur sa page Facebook des dizaines d'articles aux points de vue erronés... déformant la politique du parti et de l'Etat.

Il lui est également reproché d'avoir prôné l'élimination de la direction du parti communiste. Son cousin An s'est quant à lui régulièrement connecté à des sites internet réactionnaires publiant des informations diffamant la république socialiste du Vietnam.

Les autorités vietnamiennes envoient ces deux hommes en prison juste pour avoir posté des commentaires critiques, s'est insurgé Phil Robertson, de l'ONG Human Rights Watch, dénonçant l'usage à tout va par la justice vietnamienne de l'article 88 du code pénal, punissant la propagande contre l'Etat.

Cet article est tellement vague que le gouvernement peut poursuivre les gens pour n'importe quel commentaire, a-t-il ajouté.

Amnesty International avait demandé un peu plus tôt cette semaine la libération inconditionnelle des deux cousins, qui allongent désormais la liste des blogueurs et autres dissidents utilisant internet pour exprimer leurs idées.

Au Vietnam, les médias sont tous contrôlés par l'Etat, et internet est le seul espace d'information non contrôlée.

Le président américain Barack Obama s'est récemment rendu au Vietnam, où il est resté très discret sur les droits de l'Homme malgré sa rencontre avec des opposants.

Le président François Hollande est quant à lui attendu début septembre dans l'ex-colonie française.

Agence France Presse - 24 août 2016


Deux condamnations pour propagande contre l’État

Le Tribunal populaire de la province de Khanh Hoà (Centre) a condamné mardi 23 août en première instance deux personnes pour «propagande contre l’État de la République socialiste du Vietnam».

Nguyên Huu Quôc Duy, 31 ans, et Nguyên Huu Thiên An, 21 ans, tous domiciliés dans la ville de Cam Ranh, province de Khanh Hoà, ont écopé respectivement 3 ans et 2 ans d’emprisonnement, sur le fondement de l'Article 88 du Code pénal.

An est accusé d’avoir peint le 17 avril 2015, à l’appel de l’organisation terroriste Viêt Tân, des slogans réactionnaires sur les murs du siège de la police du quartier de Vinh Phuoc de la ville de Nha Trang, et écrit des mots répréhensibles sur des billets en polymer de la Banque d’État du Vietnam.

Il lui est aussi reproché d’avoir discuté avec Phan Trong Ngôn, 18 ans et domicilé à Hô Chi Minh-Ville, de la fabrication d’une bombe artisanale en vue d’une attaque dans la rue Nguyên Huê de Hô Chi Minh-Ville lors de l’Halloween, le 31 octobre 2015, mais leur plan n’a jamais été réalisé.

Ngôn, qui était mineur au moment de l’infraction, a déclaré les faits avec honnêteté et participé de manière favorable à l’enquête, est exonéré de la responsabilité pénale, quoi que son acte réunisse des éléments constitutifs du terrorisme tels que définis par l’article 230a du Code pénal.

Duy est pour sa part accusé d’avoir rédigé et partagé en 2015 sur son compte facebook des dizaines d’articles diffamant le Parti et l’État, et de s’être lié d’amitié avec nombre d’élèves et étudiants en vue de propager des contenus opposables au régime.

Agence Vietnamienne d'Information