Il s'agit de la deuxième condamnation de cette femme de 54 ans, qui a effectué 15 mois de prison en 2014 après une action de même ordre. Ha Huy Son, son défenseur, a estimé qu'il s'agissait d'une peine "injuste".

En juin, la manifestation au cours de laquelle Can Thi Theu a été arrêtée visait à attirer l'attention sur des compensations de l'Etat jugées dérisoires pour la confiscation de terres dans la région de Duong Noi à la périphérie d'Hanoï.

Aujourd'hui, devant le tribunal, une poignée de supporters s'étaient rassemblés, bien entourés par des policiers en uniforme et en civil, a constaté une journaliste de l'AFP. Pour Human Rights Watch, qui a condamné la sentence, le gouvernement pratique un "déni systématique du droit de manifestation".

Dans ce pays autoritaire d'Asie du Sud-Est, à parti unique, les dissidents sont pourchassés et les voix discordantes étouffées. Des dizaines de blogueurs et de militants des droits de l'Homme sont actuellement en prison.

Le Figaro avec Agence France Presse - 20 Septembre 2016