"Une femme a été tuée, une Thaïlandaise de confession bouddhiste, et 18 personnes ont été blessées", a indiqué à l'AFP Yutthakarn Chitmanee, de la police de Pattani, à 800 km au sud de Bangkok. Le petit restaurant a été complètement éventré et de nombreux blessés étaient étendus sur le sol couvert de débris, a constaté un photographe de l'AFP sur place. Ce conflit oublié de la scène internationale a récemment attiré l'attention après une série d'explosions de bombes en août dans des stations balnéaires de Thaïlande. Depuis, la police est à la recherche de plusieurs personnes liées à la rebellion.

Le 25 octobre est une date importante pour les rebelles musulmans de l'extrême sud. En 2004, les forces de sécurité avaient alors ouvert le feu sur des manifestants dans la province de Narathiwat. Sept personnes avaient été tuées par balles et 78 autres avaient péri écrasées ou asphyxiées dans des camions de l'armée qui les transportaient vers un camp de détention militaire. Les musulmans locaux revendiquent plus d'autonomie pour cette région frontalière de la Malaisie, qui n'a été rattachée à la Thaïlande, majoritairement bouddhiste, qu'au début du XXe siècle.

Depuis 2004, le conflit a fait plus de 6600 morts, majoritairement civils, mais les négociations de paix avec Bangkok sont au point mort depuis le coup d'Etat militaire de mai 2014 à Bangkok. Les 11 et 12 août, onze bombes avait explosé en moins de 24 heures, notamment dans les stations balnéaires très touristiques de Hua Hin et de Phuket, faisant quatre morts et de nombreux blessés, dont des touristes étrangers.

Le Figaro avec Agence France Presse - 24 Octobre 2016