Il dénonce une campagne policière d’envergure lancée contre les militants catholiques et les blogueurs ayant manifesté ou s’étant exprimés contre le complexe sidérurgique Formosa, responsable la plus grande catastrophe écologique de l’histoire récente du Vietnam.

Selon l’association de défense des droits de l’homme, la Sécurité publique a repéré et inscrit sur ses tablettes les militants et dissidents ayant élevé la voix contre l’entreprise taïwanaise Formosa et en faveur d’une juste indemnisation des victimes. En représailles des manifestations, des arrestations ont eu lieu et les personnes les plus engagés ont été harcelées. De véritables violations des droits de l’homme ont été commises, affirme le communiqué.

Le rapport de l’association humanitaire commence par dresser un tableau tragique du Centre-Vietnam, gravement atteint par la pollution. Celle-ci a réduit plus de 170 000 personnes au chômage, dont 41 000 pêcheurs, et a fait perdre leurs moyens de subsistance à des milliers de foyers. Il est ensuite question de l’ensemble des militants et dissidents appréhendés ou faisant l’objet des menaces directes ou indirectes des autorités policières.

Le communiqué s’attarde ensuite sur les actions policières qui ont accompagné ou suivi les protestations populaires provoquées par la pollution. Une des plus récentes arrestations, rapportées par l’association londonienne date du 6 novembre 2016. Il s’agit de M. Luu Van Vinh, militant démocrate. Il a été arrêté chez lui et s’est vu accusé de tentative de renversement du gouvernement, en vertu de l’article 79 du Code pénal qui prévoit pour ce crime une peine pouvant aller de cinq ans de prison à la détention à perpétuité.

Luu Van Vinh, originaire du district de Hai Duong, au Centre-Vietnam, réside à Saigon où il travaille. Il a participé à un mouvement politique visant à la fondation d’une « Alliance du peuple vietnamien pour son autodétermination ». L’objectif de ce groupe est de forcer le Parti communiste à restituer sa souveraineté au peuple pour que celui-ci choisisse lui-même son système politique par référendum. Luu Van Vinh a participé activement aux manifestations contre le complexe industriel responsable de la pollution. Il a été arrêté au cours d’un repas dans sa propre maison avec un de ses amis.

Amnesty International signale également l’arrestation de deux autres militants, Do Phi Truong et Doan Tuân. Ils ont été arrêtés un jour avant Luu Van Vinh. D’autres personnes ont été arrêtées pour avoir participé indirectement aux protestations contre la pollution. C’est le cas par exemple d’un médecin très connu, le docteur Hô Hai, arrêté par la police le 2 novembre dernier. Dans les jours qui ont précédé, il avait diffusé sur Internet une série d’articles s’opposant à Formosa et soutenant le mouvement de protestation de la société civile.

Agence Eglise d'Asie - 11 novembre 2016