Entre juillet et septembre 2016, la croissance n'a été que de +3,2% par rapport à la même période de 2015, en retrait par rapport aux +3,5% du deuxième trimestre, selon les chiffres publiés lundi par le Bureau de l'économie nationale et du développement social (NESDB).

La croissance a notamment été tirée par le tourisme, secteur clef de l'économie, qui a résisté malgré des attentats en août dans des stations balnéaires, qui ont fait quatre morts thaïlandais et plusieurs blessés étrangers.

Le nombre de touristes a progressé de 13,1% par rapport au deuxième trimestre, atteignant plus de huit millions de personnes. Mais c'est surtout à partir de novembre que la haute-saison débute en Thaïlande, qui accueille des millions de touristes chaque année.

De mi-octobre à mi-novembre, bars et restaurants ont dû faire profil bas, le secteur du "divertissement", habituellement très actif, ayant été appelé à fermer plus tôt et à se faire discret. Le secteur de la publicité a également souffert du très fort ralentissement du secteur pendant cette période de deuil, après la mort du roi Bhumibol Adulyadej le 13 octobre.

A cela s'ajoute une grande incertitude, la monarchie thaïlandaise étant dans une phase de transition dans l'attente de la montée sur le trône du prince Maha Vajiralongkorn, qui a demandé un délai avant de prendre ses fonctions.

"Bien que le calme règne depuis la mort du roi le mois dernier, la situation politique reste très incertaine, et cela continuera à planer au-dessus des investissements privés", analyse Krystal Tan, de Capital Economics. Les investissements étrangers sont notamment en chute libre.

Somprawin Manprasert, économiste de la banque thaïlandaise Ayudhya, craint plus spécifiquement "une baisse du nombre de touristes pendant la période de deuil" d'octobre-novembre.

Le gouvernement table cette année sur une hausse de 3% du PIB, quand la Banque mondiale prévoit seulement 2%, de loin le plus mauvais chiffre d'Asie du Sud-Est.

Le Figaro avec Agence France Presse - 21 Novembre 2016