Les minorités catholique et protestante forment 6,2 % de la population de Birmanie. Auparavant, en l’absence de statistiques récentes, les extrémistes bouddhistes arguaient d’un prétendu boom démographique musulman. Les chiffres officiels ne corroborent pas cette hypothèse.

Les chrétiens forment le seul groupe religieux dont la population a nettement augmenté en Birmanie ces dernières décennies. Tel est le principal enseignement des résultats du recensement de 2014. Les catholiques et les protestants forment 6,2 % de la population birmane quand ils n’en représentaient que 4,9 % en 1983 et 4,6 % en 1973. L’Etat Chin, situé à l’ouest du pays, le long de la frontière indienne, est le plus chrétien de tous (85,4 %). A l’échelle nationale, la proportion des autres groupes religieux (bouddhiste, musulman, hindou) demeure à peu près stable. Sans surprise, la Birmanie est bouddhiste à 87,9 %.

« L’augmentation de la population catholique concerne surtout les régions peuplées de minorités ethniques comme les Etats Chin et Kachin, explique à Eglises d’Asie le cardinal Charles Bo, archevêque de Rangoun. En Birmanie, les bouddhistes se tournent rarement vers une autre religion. Il y a quelques exceptions, notamment lorsqu’il y a des mariages. Cette hausse s’explique surtout par les populations animistes qui ont rejoint la religion chrétienne. » De fait, les animistes représentaient 2,2 % de la population birmane il y a quarante ans, contre 0,8 % seulement aujourd’hui. D’après le cardinal Charles Bo, la Birmanie compte environ 800 000 catholiques répartis en seize diocèses, ainsi que 800 prêtres, et environ 2 000 religieux et religieuses.

La surprise vient surtout de l’Etat Kachin. Cette région la plus septentrionale de Birmanie est souvent présentée comme majoritairement chrétienne. Mais d’après le recensement de 2014, les chrétiens représentent 33,8 % de la population de l’Etat. Les bouddhistes les devancent largement puisqu’ils sont presque deux fois plus nombreux (64 %).

« Je pense que le nombre de bouddhistes donné par le recensement est trop important pour être vrai », réagit Mgr Francis Daw Tang, l’évêque catholique de Myitkyina, le chef-lieu de l’Etat Kachin. « La proportion de bouddhistes dans l’Etat Kachin, c’est zéro virgule quelque chose, corrige Dr Tu Ja, le dirigeant du Parti pour la démocratie dans l’Etat Kachin (KSDP). Les autorités annoncent leurs chiffres car elles veulent nous dominer sur les plans religieux et ethnique. » Egalement interrogé par Eglises d’Asie, le Rév. Hkalam Samson, secrétaire général de l’Eglise baptiste kachin, estime, quant à lui, que les migrations internes pourraient expliquer pourquoi les chrétiens sont moins nombreux qu’attendu. « Les autorités ont fait venir de nombreuses personnes qui ne sont pas kachins dans l’Etat Kachin et elles leur ont donné des cartes d’identité. Ces gens viennent de la Basse-Birmanie, ils sont Bamars, Chinois, Shans, etc. C’est une stratégie pour occuper notre Etat ethnique », regrette-t-il. De fait, les résultats du recensement indiquent que plus de 200 000 personnes qui ne sont pas originaires de l’Etat Kachin y vivent, soit 17 % de la population de l’Etat. La plupart de ces migrants viennent des régions de Sagaing et de Mandalay, majoritairement bouddhistes.

Sous le précédent gouvernement, les extrémistes bouddhistes invoquaient régulièrement un prétendu boom démographique musulman qui risquait de diluer la culture et les traditions bouddhistes. Ils estimaient que la porosité de la frontière avec le Bangladesh permettait à de nombreux immigrés musulmans de s’infiltrer. Ils expliquaient que la polygamie pratiquée par certains hommes musulmans, faisait galoper la natalité dans les régions proches du Bangladesh. Ces présomptions avaient servi de prétexte à la rédaction de quatre lois sur la « protection de la race birmane et de la religion bouddhiste » qui ont, notamment, restreint les possibilités de conversion religieuse.

Le recensement vient contredire la rhétorique des extrémistes bouddhistes. « Il est temps de remplacer les spéculations par des faits », s’était d’ailleurs écrié en juillet dernier Janet Jackson, la représentante du Fonds des Nations unies pour la population en Birmanie. Les musulmans représentent 4,3 % des 51 millions de Birmans. Leur proportion a à peine augmenté ces dernières décennies puisqu’ils formaient 3,9 % de la population en 1973 et 1983. L’Etat le plus musulman est l’Arakan. Dans cette région de l’ouest du pays, les représentants de l’ethnie rohingya n’ont pas été autorisés à se déclarer en tant que tels lors des opérations de recensement, l’ethnie n’étant pas reconnue par le gouvernement. La population des Rohingyas a donc été estimée. Au total, les musulmans forment 35 % des 3,2 millions d’habitants de l’Arakan.

Malgré le recensement et la publication des résultats, le groupe de moines bouddhistes extrémistes Ma Ba Tha continue de brandir le spectre de l’invasion musulmane. « Dans l’Arakan, la majorité de la population est musulmane », assène ainsi Ashin Sopaka, un bonze qui dirige le mouvement radical et qu’Eglises d’Asie a interrogé à Rangoun. A l’appui de ses propos, il n’apporte comme preuves que des souvenirs de voyage dans l’Arakan selon lesquels certaines maisons sont peuplées de plus de cinquante musulmans. Il affirme que les agents du recensement n’ont pas osé pénétrer dans des villages musulmans « dangereux », semblant ignorer que les populations non dénombrées ont bien été estimées. Ashin Sopaka réfute également la proportion de 4,3 % de musulmans au niveau national, l’estimant, de son côté, à « 22 %, conformément à des informations d’autres personnes qui ont étudié la situation ». Pressé de révéler ses sources, le bonze s’est contenté d’évoquer « des spécialistes qui calculent et diffusent leurs estimations en ligne ». Il a finalement reconnu ne pas avoir de noms à citer. Ma Ba Tha a souvent été accusé de propager des rumeurs.

Aujourd’hui, trois mois après la publication des résultats de la ventilation de la population par groupe religieux, le discours du groupe extrémiste sonne creux. « Les résultats du recensement ont montré à quel point la diffusion de la propagande haineuse de Ma Ba Tha était ridicule », résume Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch. En juillet, le clergé bouddhiste a désavoué Ma Ba Tha, un groupe « qui n’a pas été formé en accord avec les règles de base du clergé ». Depuis, le groupuscule radical semble moins puissant. « On entend moins de discours de haine contre les musulmans, confirme Mgr Charles Bo. La liberté de religion a progressé en Birmanie. Le gouvernement essaie de se débarrasser des extrémistes. Quand ce sera fait, l’évangélisation et la proclamation de la Bonne Nouvelle seront alors possibles. »

Par Rémy Favre - Agence Eglises d’Asie - 21 novembre 2016