Les enfants doivent se livrer à des exercices physiques et à des récitations de « valeurs morales » édictées par le régime militaire.

C'est un programme d’endoctrinement. Il est coordonné par une unité de l’armée de terre dans les jardins d’enfants de la province de Kanchanaburi, dans l’ouest thaïlandais. Les enfants sont revêtus d’uniformes militaires. Ils doivent faire des exercices physiques, comme ramper sous des filets ou faire des pompes, sous la surveillance d’officiers militaires. Ils doivent aussi manger selon une stricte discipline comme dans une cantine de caserne.

De plus, les enfants se voient expliquer une liste de 12 « valeurs morales », dictées par le général Prayuth Chan-ocha, le chef de la junte. Ces valeurs s’articulent autour du respect de l’autorité, du patriotisme et du conformisme. Le programme est pour l’instant limité à une province, mais il doit être étendu plus tard à l’ensemble du pays.

Peu de réactions des parents

Jusqu’à présent, il y a eu très peu de réactions de la part des parents. Quelques professeurs d’université ont critiqué ce qu’ils qualifient de manipulation éhontée des esprits encore malléables d’enfants, mais il n’y a pas eu de réaction significative dans la population en général. Il faut préciser que, généralement, les militaires ont plutôt une bonne image en Thaïlande malgré les multiples coups d’Etat et les violences qu’ils ont commis.

Mais critiquer le régime militaire, à l’heure actuelle, peut valoir de sérieux ennuis judiciaires. Donc, beaucoup de ceux qui sont peu enthousiastes devant la militarisation de l’éducation gardent leurs pensées pour eux. L'un des problèmes est, toutefois, que le système éducatif thaïlandais est très mal placé dans les classements internationaux, notamment parce qu’il ne cherche pas à instiller le sens critique et l’esprit d’initiative parmi les enfants et les jeunes. Ce programme qui vise à renforcer la soumission et le conformisme ne risque pas d’arranger les choses.

Une « militarisation » générale

Depuis le coup d’Etat, il y a deux ans et demi, on a assisté à la militarisation progressive de beaucoup de secteurs de la société. C’est vrai au niveau du système judiciaire avec un rôle accru pour les tribunaux militaires, mais aussi au niveau des missions de police de plus en plus assumées par les militaires, ou même au niveau du contrôle des moyens de communication et des programmes de télévision. Tout cela a une certaine logique, car la nouvelle Constitution est conçue pour permettre aux militaires d’exercer le pouvoir de manière indirecte pendant une période d’au moins cinq ans.

Par Arnaud Dubus - Radio France Internationale - 26 décembre 2016