Plusieurs opérations de police ont été lancées contre ce temple pour en arrêter l’abbé qui est l’objet de multiples mandats d’arrêt, mais ces opérations ont échoué devant la résistance des partisans du temple.

Le temple Dhammakaya est un temple situé juste au nord de Bangkok qui utilise des techniques marketing agressives pour attirer les donations des fidèles laïques. C’est un peu comme le système des indulgences en Europe au Moyen-Age : on peut acheter des parts de nirvana, le paradis bouddhique, si l’on fait des donations importantes.

Mais le temple enseigne aussi une version hétérodoxe du bouddhisme, une version où la réussite matérielle personnelle tient une place centrale. Ce temple dispose de près de 2 000 branches à travers le pays. Il est aussi présent dans 33 pays du monde. Sa puissance politique et financière est considérable, ce qui explique pourquoi les autorités thaïlandaises rencontrent des difficultés pour le neutraliser.

Une structure qui inquiète

L’abbé du temple, âgé de 72 ans, qui s’appelle Dhammachayo, est accusé de nombreuses malversations financières. Mais la raison essentielle est que le temple Thammakai est apparemment lié au mouvement des Chemises rouges, un mouvement politique formé par les partisans du changement social et opposé à la junte.

Le temple dispose d’un tel réseau à travers le pays qu’il est devenu une menace politique. Il constitue le seul mouvement existant bien organisé et structuré à l’échelle nationale qui ne dépend pas de l’Etat. Outre le régime militaire, beaucoup de personnalités thaïlandaises craignent que le temple ne prenne tout simplement le contrôle de l’église bouddhique thaïlandaise.

Démesure, influence et sens du spectacle

Il y a eu deux opérations, une en juin dernier et une le mois dernier. Dans les deux cas, près d’un millier de policiers ont lancé un raid pour arrêter l’abbé du temple Dhammachayo. Mais à chaque fois les fidèles ont formé une barrière humaine et les policiers ont dû renoncer. Il est étonnant de voir que toute la puissance de l’Etat thaïlandais soit réduite à néant devant ce temple.

Le pouvoir financier du temple Dhammakaya est tel qu’il n’est pas à écarter que des arrangements soient passés en sous-main avec les autorités, notamment la police, et que ces raids tiennent plus du spectacle que de la réalité. En tout état de cause, le temple est devenu si influent, notamment parmi les classes moyennes thaïlandaises, qu’on voit mal comment le pouvoir central pourrait désormais totalement le neutraliser.

Par Arnaud Dubus - Radio France Internationale - 6 Janvier 2017