Le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Thành Phong, a demandé à tous les arrondissements et districts de la mégapole du Sud de régler strictement le problème de l’empiétement de l’espace public. Il a également applaudi la direction rigoureuse des autorités du 1er arrondissement dans le traitement des cas d’infraction.

Nguyên Thành Phong a exigé des autres arrondissements qu’ils fassent de même, en résolvant de manière radicale les infractions pour rendre les trottoirs aux piétons qui ont depuis longtemps été accaparés par les restos, certaines devantures de bâtiments et les vendeurs ambulants. Cette option reflète le souhait de nombreux habitants de profiter d’une ville spacieuse et moderne. M. Phong a souligné que cette «remise en ordre» ne pourrait se faire sans les efforts de tous : organes et habitants. «Le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville prendra des mesures afin de régler ce problème», a-t-il assuré.

Selon le chef du bureau du Comité populaire municipal, Vo Van Hoan, l’ordre urbain est une des grandes inquiétudes de la mégapole du Sud. Cela implique de traiter de manière systématique et homogène les infractions dans tous les arrondissements et districts de la ville.

Concernant les sanctions à proprement parler, le Comité populaire du 1er arrondissement a montré la voie, avec l’application stricte de la réglementation en vigueur qui va de la simple contravention au démontage des ouvrages de construction qui empiètent illégalement sur les trottoirs.

Tolérance zéro

Récemment, les forces de l’ordre ont contrôlé et sanctionné vigoureusement les cas d’infraction dans les rues Pham Ngoc Thach et Vo Van Tân : arrêt et stationnement non autorisés de véhicules (même prioritaires), installation anarchique sur le trottoir de panneaux, de tables et de sièges par les cafés et restaurants...

À cette occasion, un groupe de travail dirigé par le vice-président du Comité populaire du 1er arrondissement, Doàn Ngoc Hai, a inspecté et réglé des cas d’infraction ainsi que procédé à une réorganisation de l’espace utilisé par les vendeurs ambulants. Tous les panneaux publicitaires et barrières ont été enlevés pour libérer les trottoirs.

Selon l’Équipe de gestion de l’ordre urbain du 1er arrondissement, en 40 jours depuis le déploiement de la campagne de réaménagement des rues (du 16 janvier au 26 février), 875 infractions y ont été sanctionnées, dont 85 concernant le rejet direct des eaux usées et des déchets dans la nature. Les 790 autres restantes concernent l’empiétement des trottoirs. L’amende pour stationnement illégal est de 700.000 dôngs par voiture, et de 2,5 millions pour l’occupation des trottoirs. Sur ce laps de temps, près de 500 millions de dôngs de contraventions ont ainsi été dressés, ce qui alimentera le budget de l’État.

Enfin, plusieurs particuliers ont été contraints de démonter leurs constructions illégales telles que panneaux, seuils de porte, tableaux en béton… «C’est très bien de faire appliquer les règlements de la ville à la lettre. Cela permet d’assurer l’ordre public et de rendre la ville plus moderne», s'est félicité un habitant du 1er arrondissement.

Difficile d’être en désaccord avec lui tant il est parfois difficile de circuler librement à pied à Hô Chi Minh-Ville.

Par Thu Hà Ngô - Le Courrier du Vietnam - 1er mars 2017