Notre correspondante a pu se rendre en mer de Chine du sud, où les Chinois ont construit une ville desservie par un ferry interdit aux étrangers, et où le Vietnam va renforcer ses moyens pour surveiller la zone.

De récentes images satellites suggèrent que Pékin est en train de construire des structures destinées à abriter des missiles sol-air sur des îlots dans les Spratleys.

Dans les Paracels, autre archipel revendiqué par le Vietnam et la Chine, les Chinois ont construit une ville desservie par un ferry interdit aux étrangers. Et le Vietnam va renforcer ses moyens pour surveiller la zone et protéger ses pêcheurs.

Bui Doi, 63 ans, vit sur l'île de Ly Son en mer de Chine du sud. Ce pêcheur vietnamien a été attaqué plusieurs fois par les Chinois qui l'ont chassé des îles Paracels, où il pêchait depuis plus de 30 ans.

Le gouvernement vietnamien développe Ly son, son avant-poste pour les Paracels. Les autorités ont tiré un câble pour amener l'électricité jusqu’à l'île il y a deux ans. Et de jeunes vietnamiens viennent du continent pour participer au développement.

L’historien Anh Son a cherché dans les archives de la France, ancienne puissance coloniale, pour prouver la souveraineté du Vietnam sur les Paracels : "Ces preuves remontent à la fin du 16e et au début du 17e siècle. Les documents mentionnent ces faits avec une grande précision. Des écrits en français reprennent les ouvrages produits dans l’ancienne Cochinchine. Les Français mentionnent également les expéditions par les marins vietnamiens qui partaient dans les Paracels pour étudier la géologie et exploiter les minerais des îles."

Aujourd'hui, il semblerait que le Vietnam cherche plutôt à discuter avec la Chine pour avoir accès aux eaux poissonneuses des Paracels, précieuses pour les deux pays.

Mais le retour des îles sous la souveraineté du Vietnam paraît compromis. Les Paracels sont stratégiques pour la Chine, notamment pour ses sous-marins nucléaires basés à Hainan (île chinoise). Ces engins ont besoin d’accéder à l'océan Pacifique sans être détectés, notamment par la flotte américaine.

''Reportage à écouter en cliquant ici

Par Dominique André.- Radio France Culture - 8 mars 2017


Vietnam-Chine : la guerre des nerfs en mer de Chine méridionale

Le renforcement de la présence militaire américaine en Asie, avec le déploiement d'un bouclier antimissile en Corée du Sud irrite le régime chinois, au moment où il avance ses pions en mer de Chine méridionale. Pékin la revendique dans sa quasi-totalité, face aux pays riverains, comme le Vietnam.

À bord d'un bateau vietnamien : "la peur au ventre"

En 1974, les Vietnamiens ont été chassés de l’archipel des Paracels, situé à égale distance de la Chine et du Vietnam. Depuis, les Chinois qui s’y sont installés, repoussent les pêcheurs vietnamiens intéressés, comme les pêcheurs chinois, par cette zone, depuis toujours très poissonneuse. À bord de son bateau de pêche, Nguyen Thanh Tan, capitaine vietnamien d’un équipage de six marins travaille la peur au ventre. Ce jour-là, il scrute la mer et aperçoit un bateau des garde-côtes vietnamiens en patrouille, de retour des Paracels. "Quand on les voit, on a l’esprit tranquille. Depuis quatre ou cinq ans, on se fait attaquer de plus en plus souvent par les bateaux chinois."

La difficulté pour les pêcheurs vietnamiens, c’est que leurs garde-côtes n’ont pas assez de bateaux pour les protéger. Mais, devant les nombreux incidents, le gouvernement vietnamien vient d’annoncer que les moyens seraient renforcés. En 2015, Dang Dum et son équipage ont été attaqués en mer en pleine nuit. Son épouse, Pham Thi Binh, âgé d'une soixantaine d'années, témoigne de sa détresse depuis que le bateau de son mari a été éperonné par les Chinois, à 4 h du matin, en 2015.

Le mari de Pham Thi Binh pêchait dans les Spratleys et les Paracels depuis 30 ans.

L'épouse du patron-pêcheur raconte qu'elle a tout perdu cette nuit-là. "Il ne me restait que son corps à ramener sur l’île."

Une double revendication des Paracels

Le Vietnam et la Chine se disputent la souveraineté sur l’archipel et s'appuient sur des éléments très anciens. L’historien vietnamien Anh Son a cherché dans les archives de la France, ancienne puissance coloniale, de quoi donner raison à son pays. "Les preuves historiques remontent à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle", déclare l'historien, qui s'appuie notamment sur des ouvrages datant de l’ancienne Cochinchine. "Nous avons actuellement en possession plus de 100 documents historiques authentiques dans sept langues, notamment en francais, en portugais, hollandais et allemand."

Face à l’avancée chinoise, une "île sentinelle"

À une heure et demie de bateau des côtes vietnamiennes, Ly Son, une île peu connue compte 22 000 habitants dont 5 000 pêcheurs. C’est le poste avancé du Vietnam pour les Paracels, une sorte "d’île sentinelle", surmontée par des radars.

Depuis deux ans, le gouvernement vietnamien a décidé de développer Ly Son. Un câble sous-marin y amène l’électricité. Un hôtel a même été construit, où travaille Laty Mao, jeune diplômée en économie de l’université de Hanoi. Elle dit sa fierté de protéger cette île. "Nous venons du continent pour contribuer au développement du tourisme. Si l’économie est bonne, cela attirera des gens de talent ici et du monde".

Par Dominique André - Radio France - 8 mars 2017