Sam Sak, un chef de police de la province de Kampong Spoe, a déclaré lundi que les policiers recherchaient Sam Sokha, 38 ans, une sympathisante présumée du parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge.

Le bureau du procureur provincial a délivré une assignation à comparaître à Sam Sokha, mais elle se s’est pas présentée à l’audience et semble avoir fui son domicile, de sorte que la police a reçu l’ordre de l’arrêter.

Les accusations qui devaient à l’origine être portées contre elle sont associées à une peine allant jusqu’à trois ans de prison, mais elle est actuellement recherchée pour avoir omis de comparaître.

Le parti du premier ministre Hun Sen pourchasse agressivement ses critiques et ses adversaires politiques alors que se préparent des élections locales à travers le pays, en juin, de même qu’une élection générale, prévue l’an prochain.

Hun Sen est au pouvoir depuis trois décennies et bien qu’il maintienne une démocratie de base, il ne tolère que peu d’opposition. Sa prise sur le pouvoir a semblé fragilisée lors de l’élection générale de 2013, alors que le Parti du sauvetage national du Cambodge a réussi à gagner 55 sièges à l’assemblée, contre 68 pour le parti du président.

La vidéo de 13 secondes au centre de l’incident montre une femme semblant être Sam Sokha alors qu’elle regarde un panneau publicitaire du parti au pouvoir avant de lancer une chaussure vers l’image de Hun Sen, suivie d’une autre vers celle de son collègue, le président de l’assemblée nationale Heng Samrin.

The Associated Press - 10 avril 2017