Ils faisaient partie d'un groupe comptant au total 186 Birmans et 73 étrangers qui ont été relâchés, d'après une liste publiée mardi soir par le bureau du président. Depuis l'auto-dissolution de la junte en 2011, plus d'un millier de prisonniers ont été libérés dont plusieurs centaines sous le nouveau gouvernement depuis 2016.

Pendant la dictature militaire qui a duré près de 50 ans, des centaines de dissidents ont été emprisonnés, notamment de nombreux membres de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) maintenant au pouvoir. Aung San Suu Kyi, aujourd'hui de facto chef du gouvernement, a elle-même passé près de 15 années en résidence surveillée.

Parmi les prisonniers libérés mercredi, se trouvaient deux militants interconfessionnels qui avaient lancé une campagne contre la montée de l'extrémisme bouddhiste dans le pays.

Le Figaro avec Agence France Presse - 24 mai 2017