Après s'être distanciée de ce mouvement extrémiste, connu pour ses diatribes contre les musulmans, la haute assemblée bouddhiste de Birmanie a ordonné mardi la dissolution de Ma Ba Tha. Elle a prononcé l'interdiction pour toute personne ou groupe d'entreprendre quelques actions sous la bannière de Ma Ba Tha et la suppression des pancartes du mouvement dans le pays d'ici le 15 juillet au plus tard, sous peine de poursuites.

La menace n'a toutefois pas dissuadé les centaines de moines, nonnes et partisans d'assister à un sommet qui se tient ce week-end dans un monastère de Rangoun, orné pour l'occasion de bannières de Ma Ba Tha. Le mouvement fondamentaliste a prospéré sous l'ex-junte militaire. Depuis l'ouverture du pays, en 2011, le groupe qui se voit comme une vigie contre la menace d'une islamisation de la Birmanie, qui compte moins de 5% de musulmans, est de plus en plus présent.

Ces dernières années, les violences contre la communauté musulmane sont récurrentes en Birmanie. Depuis des mois, les tensions sont notamment vives dans le nord-ouest où vivent de nombreux musulmans Rohingyas.

Agence France Presse - 27 mai 2017