Les causes du crash ne sont pas encore connues mais la thèse de l'incident technique est privilégiée.

L'armée birmane a annoncé jeudi avoir retrouvé des débris de l'avion militaire transportant plus de 120 personnes, dont 15 enfants, membres de familles de soldats, qui avait disparu la veille des écrans radars.

«Nous avons retrouvé des morceaux de l'avion qui avait disparu et des corps, en pleine mer, au sud-ouest de la ville de Launglon», a annoncé le général Min Aung Hlaing, le chef de l'armée, sur sa page Facebook. Un pneu de l'avion a notamment été retrouvé, des bagages, des gilets de sauvetage ainsi que le corps d'un homme, d'une femme et d'un enfant. L'armée n'a donné aucune précision sur de possibles survivants.

Dans la journée de mercredi, des premiers débris de l'appareil avaient été repérés. «On a désormais retrouvé en mer des pièces de l'avion», à 218 kilomètres de la ville de Dawei, avait déclaré à Naing Lin Zaw, un responsable de l'armée de l'air. Neuf navires et trois avions de l'armée de l'air étaient mobilisés pour les recherches, en mer d'Andaman, dans le sud-est de la Birmanie.

Un vol organisé deux fois par mois

L'avion avait décollé un peu plus tôt de la ville de Myeik, dans le sud du pays, et devait atterrir à Rangoun, la capitale économique. «La communication a été perdue soudainement vers 10h05 (heure de Paris)», avait annoncé le général Min Aung Hlaing.

La plupart des passagers était des familles de militaires en poste dans cette région du sud du pays. «Ce type de vol est organisé deux fois par mois pour les familles de militaires», a expliqué une source aéroportuaire. «Certains partaient faire des check-up médicaux, d'autres reprenaient le chemin de l'école», a précisé un porte-parole de l'armée, sous couvert de l'anonymat.

Pour expliquer cette disparition des écrans radars, les autorités écartent les causes météorologiques. L'incident technique est la piste privilégiée.

Des accidents de transports fréquents

Les accidents de transports sont fréquents en Birmanie. Le pays dispose d'une flotte aérienne ancienne et décrépite. En juin 2016, un hélicoptère militaire s'était écrasé, faisant trois morts, dans la province centrale de Bago. Les mauvaises conditions météorologiques avaient alors été mises en cause. En avril, au moins trente personnes ont péri dans l'est de la Birmanie suite à la collision de nuit entre un bateau de transport de passagers et un cargo, dans la région de Rangoun. Les naufrages meurtriers sont aussi communs en Birmanie où de nombreuses personnes vivent en bordure de rivières et se déplacent dans des bateaux surchargés.

Le Figaro - 8 Juin 2017