Il est de coutume de porter des vêtements respectueux lorsque l’on rentre dans les lieux saints, et ce que l’on vienne prier ou seulement admirer l’architecture ou les rites. Dans ces lieux, il est recommandé de proscrire les shorts ou les jupes courtes mais aussi les débardeurs qui laissent les épaules découvertes.

Ce conseil peut s’appliquer à peu près partout sur la planète : à Bangkok si vous souhaitez visiter les temples bouddhistes, en Israël si vous vous rendez sur un des lieux saints, au Maghreb si vous souhaitez pénétrer dans une mosquée, en Inde dans les temples, aux États-Unis dans les églises...

Ne pas heurter la pudeur locale

Au Vietnam, pagodes et temples sont des lieux sacrés où Bouddha et diverses divinités sont adorés. Ce sont aussi des endroits où les moines enseignent le bouddhisme, ses préceptes et son mode de vie. Ces espaces tranquilles et solennels attirent un grand nombre de touristes.

Toute personne qui pénètre dans ces lieux se doit de se comporter de façon respectueuse, c’est-à-dire être discret aussi bien dans ses paroles, ses actes que dans sa tenue vestimentaire. Cependant, il est fréquent de voir des touristes visiter ces espaces sacrés vêtus d’un simple short, d’une jupe courte ou d’un débardeur.

C’est pour remédier à ces dérives qui déplaisent aux fidèles et donnent une mauvaise image des touristes que les autorités de Hanoï ont lancé un programme de prêt de vêtements couvrants à l’entrée de certains sites. Concrètement, pour les hommes comme pour les femmes, les épaules doivent être couvertes, et les jupes, robes et pantalons doivent aussi couvrir les genoux. L’expérience a débuté au temple Ngoc Son, lieu très connu du lac Hoàn Kiêm (lac de l’Épée restituée) au cœur de la capitale.

«Cela ne me dérange aucunement de porter cela, a partagé Alexandre Bonnet, un touriste français, qui a dû revêtir une chemise à manches longues lors de sa visite du temple. Ce genre de service existe aussi dans d’autres pays. Cela permet de ne pas heurter la pudeur locale».

«Nous n’avions pas l’intention de visiter un temple, aussi n’avais-je pas prévu de tenue adéquate. Heureusement qu’il y avait ce service de prêt de chemises», a confié Nguyên Thuc Quyên, de Dà Nang (Centre).

«Une centaine de chemises à manches longues sont disponibles, de tailles différentes, adaptées aussi bien aux hommes qu’aux femmes», a informé Nguyên Duc Vuong, responsable du temple Ngoc Son.

Cette initiative est l’une des nombreuses prises par la capitale depuis mars pour mettre en œuvre des règles de conduite dans certains lieux publics. Ce genre de service existe dans bien d’autres sites touristiques au Vietnam, à Dà Nang et Nha Trang (Centre) notamment. À l’entrée, le personnel demande gentiment aux visiteurs trop légèrement vêtus d’enfiler une tenue plus couvrante. Tout se passe généralement bien, dans la compréhension et le respect mutuels.

Les touristes compréhensifs

Le temple Ngoc Son est le premier site de Hanoï à avoir mis en œuvre cette réglementation. Elle sera bientôt étendue à d’autres lieux de culte tels que le temple Bà Kiêu, le Temple de la Littérature, mais aussi à des sites qui n’ont pas de vocation religieuse mais dont la charge émotionnelle est importante, à l’image de la prison Hoa Lo (où de nombreux patriotes vietnamiens furent torturés et assassinés par les colonialistes français) et de la maison au 48, rue Hàng Ngang (où le Président Hô Chi Minh rédigea la Déclaration d’indépendance).

Chaque site proposera ses propres tenues. «Il n’est pas nécessaire que tous les sites proposent les mêmes vêtements car chacun a ses propres caractéristiques. Le plus important, c’est que les touristes comprennent la nécessité de porter ces vêtements et qu’ils se sentent à l’aise», a suggéré Pham Trung Luong, ex-directeur adjoint de l’Institut national de recherche pour le développement du tourisme.

Il a également indiqué que, s’il n’y avait pas de règles particulières en matière de choix des vêtements, il faudrait absolument que ceux-ci répondent à deux critères que sont propreté et esthétique. «Car on ne peut pas demander aux visiteurs de porter des vêtements qui les incommodent par leur odeur ou par leur style».

Le prêt de vêtements couvrants existe depuis des années au temple Cua Ông dans la province de Quang Ninh (Nord), à la pagode Linh Ung, à Dà Nang, et à la tour Ponagar, à Nha Trang. La tour Ponagar en propose une cinquantaine, la pagode Linh Ung, plus d’un millier.

Quelles que soient la culture et la religion du pays où vous vous trouvez, la visite des lieux sacrés suppose que vous adaptiez votre tenue aux traditions locales : le mieux reste d’observer les autochtones et de les imiter, de cette manière, vous avez peu de chance de commettre des impairs.

Par Thuy Hà -Le Courrier du Vietnam - 10 juin 2017