La présence de 7-Eleven dans la mégapole du Sud élève le niveau de concurrence sur le marché domestique de vente au détail. Il s’agit de la 3e chaîne japonaise de superette au Vietnam, après Ministop et Family Mart.

7-Eleven possède actuellement 62.000 établissements dans le monde entier, le Vietnam étant son 19e marché.

Avec une population de plus de 90 millions de personnes et une croissance économique soutenue, le Vietnam est un eldorado pour les investisseurs. En réalité, certaines enseignes connues mondialement ont quitté le Vietnam.

Ainsi, en 2016, le groupe français Casino, propriétaire de l’enseigne BigC, s’est retiré après 18 ans de présence, en cédant son réseau au thaïlandais Central Group. Le groupe allemand Metro Cash & Carry a également vendu sa chaîne à un autre investisseur thaïlandais. En même temps, plusieurs centres commerciaux Parkson du groupe malaisien Lion ont été fermés à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville.

Croissance forte d’enseignes domestiques

Certaines marques vietnamiennes connaissent une même situation. Nguyên Kim a été racheté par Central Group, Maximart et Vinatex Mart de Vingroup.

Actuellement, B’smart, du groupe vietnamien Phu Thai, Circle K, des États-Unis, et Vinmart+, de Vingroup, connaissent un bon développement.

Vinmart+ est en tête avec près de 1.000 établissements dans l’ensemble du pays, et B’smart, plus de 150. D’ici à 2020, Ministop et Family Mart ont l’intention d’ouvrir plus de 800 superettes.

Dans le segment des supermarchés, en dehors des enseignes connues du Vietnam comme Vinmart, Saigon Co.op, Hapro..., de nombreux investisseurs étrangers devraient développer leur activité au Vietnam.

Aeon, Lotte et Auchan en sont de bons exemples. Concrètement, Aeon (Japon) a inauguré cinq centres commerciaux. Dans les 4 ans à venir, LotteMart devrait ouvrir 60 supermarchés. Présent au Vietnam depuis 2014, Auchan (France) en possède dix aujourd’hui.

Concurrence avec les magasins «traditionnels»

Selon une étude effectuée à Hô Chi Minh-Ville, de nombreux clients qu’il était pénible de faire la queue pour payer de petites courses comme une bouteille de nuoc mam (saumure de poisson) ou un savon...

Mme Kim Anh qui achète 2 bouteilles de shampoing dans une boutique de la rue Tân Phuoc, dans le 11e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, déclare qu’elle va perdre du temps si elle achète des marchandises à la superette.

Un rapport de 2016 de Nielsen Vietnam, une entreprise spécialisée dans les études de marché, considère que le Vietnam possède plus de 1,3 million de magasins «traditionnels», lesquels réalisent environ 85% du chiffre d’affaires du secteur de la vente au détail, soit près de 10 milliards de dollars.

Pour s’affirmer, chaque réseau a une stratégie propre pour attirer la clientèle. Par exemple, Vinmart+ met l’accent sur les produits alimentaires frais, les fruits et les légumes, B’smart est spécialisé dans la vente de plats de petit déjeuner pour les élèves et les étudiants.

7-Eleven a annoncé officiellement qu’en dehors de la vente de produits de première nécessité, ses établissements vont fournir une centaine de produits frais et une vingtaine de plats de déjeuner pour employés.

Emart, implanté dans l’arrondissement de Go Vâp à Hô Chi Minh-Ville, ouvre, pour sa part, une zone de garde des «amis à 4 pattes» de ses clients.

Vu Vinh Phu, président de l’Association des supermarchés de Hanoï, a assuré que la présence de 7-Eleven permettra aux clients d’avoir de nouveaux choix et de renforcer la concurrence dans le secteur au Vietnam.

Par Hoàng Phuong - Le Courrier du Vietnam - 14 juin 2017