Le modèle chinois a-t-il vécu ? Dans l’esprit de nombreux dirigeants, le pays emblématique du continent asiatique n’est plus un eldorado. Pour faire du business en Asie, direction le Vietnam. Avec une population de 90 millions d’habitants et une économie soutenue, le pays apparaît comme le nouveau paradis des PME françaises, notamment depuis 2007 et son intégration à l’Organisation mondiale du commerce.

«Les premiers investissements étrangers datent des années 90. Si les grandes multinationales sont très présentes, de plus en plus de PME s'installent», constate Guillaume Crouzet, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) France Vietnam. Il faut dire que le pays fait preuve d’un beau dynamisme économique : PIB en croissance de 6%, déficit budgétaire réduit, taux de change stable par rapport au dollar américain…

«Ce pays a multiplié son PIB par 10 en 20 ans. Il dispose d’une population jeune et motivée. Surtout, la France jouit d’une image très positive. Si les Français savent s'adapter et présenter une offre compétitive, ils peuvent être présents dans presque tous les domaines !», souligne Jean-Noël Poirier, ambassadeur de France au Vietnam. La croissance est notamment portée par Saigon et ses provinces environnantes, qui truste 54% de la production industrielle.

«L’une des forces du Vietnam est sa main d’œuvre abondante, de qualité et compétitive», note Guillaume Crouzet. Le développement du pays est également stimulé par ses ressources naturelles, le Vietnam étant le 3ème exportateur mondial de riz et le 2ème de café.

Forte demande de biens de consommation

Tous ces atouts ont déjà attiré 300 entreprises françaises dans ce pays de l’Asie du Sud-Est. Si la plupart des grands groupes y possèdent une filiale ou des bureaux, ils ne représentent que 12% des entreprises hexagonales présentes, pour 46% de PME. «De plus en plus d’entreprises sont créées sur place par des Français».

L’émergence d’une classe moyenne et supérieure, disposant de hauts revenus, et d’une société de consommation en pleine croissance (+9,5% en 2015) laissent entrevoir un véritable potentiel sur tous les secteurs d’activité. «Les laboratoires pharmaceutiques sont très présents comme l’industrie agroalimentaire. Pour autant, les besoins portent désormais sur la consommation des ménages car une nouvelle couche de la population est en demande de produits gourmets, d’ameublement, de décoration...».

L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, qui devrait être ratifié dans les prochains mois, qui inclut notamment l’exemption de droits de douane après plusieurs années dans de nombreuses industries (automobile, produits pharmaceutiques et agricoles…), est une avancée majeure.

Relations à nouer sur le long terme

Pour aider les PME tricolores à réussir leur implantation, la CCI est présente pour «la recherche de partenaires locaux, d’avocats, mais aussi de séminaires et d’échanges d’expérience».

Un networking indispensable dans un pays sur lequel il faut investir dans la durée. «Au Vietnam, il faut savoir être patient. Il faut en effet du temps pour nouer des relations avec des partenaires locaux», conseille Guillaume Crouzet.

Le directeur de la CCI France Vietnam recommande également une présence sur place. «Les Vietnamiens ont besoin de réactivité. Il leur faut un interlocuteur qui ne soit pas à 10.000 kilomètres». De quoi partir sur de bonnes bases.

Entreprendre.fr - 21 juin 2017